Variole du singe : ce que nous savons aujourd’hui

Interview du Pr Jeanne Brugère-Picoux, membre de l'Académie nationale de médecine et de l'Académie vétérinaire de France


Chapitres


Avec 23 pays touchés et 499 cas d'infections humaines confirmées (au 3 juin 2022), la variole du singe ne se limite plus aux régions endémiques africaines et constituerait désormais un risque pandémique.

Sa propagation silencieuse apparue simultanément dans des régions géographiquement éloignées chez des personnes sans lien apparent fait craindre aux autorités sanitaires et à l’OMS une augmentation des infections pendant les rassemblements de la période estivale, notamment dans la communauté homosexuelle, dans laquelle la très grande majorité des cas sont apparus jusqu’ici en dehors de l’Afrique.

Dans cette interview, le Pr Jeanne Brugère-Picoux, professeur honoraire de l'École nationale vétérinaire d’Alfort, membre de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie vétérinaire de France éclaire les lecteurs du JIM sur ce que l’on sait déjà de cette émergence encore assez mystérieuse…et se garde bien de tout pronostic.  

Réagir

Vos réactions (1)

  • Nos scientifiques bien-pensants vont-ils encore se planter?

    Le 04 juin 2022

    Allons-nous attendre la pandémie en France avant de fermer les frontières avec l’Afrique? Pour le Covid, le gouvernement (Dr Buzin) dont l’information est filtrée par la haute fonction publique savait en décembre 2019 et n’y a pas cru. Allons-nous revivre la même épopée? Nos scientifiques bien-pensants vont-ils encore se planter?

    Dr Jean-Pierre Barbieux

Réagir à cet article