Masques et passes vont-ils faire leur grand retour ?

Paris, le mardi 28 juin 2022 – Selon les dernières données de Santé publique France, le taux d’incidence de la Covid 19 en France est de 693,1 cas pour 100 000 habitants et il est en augmentation de 50 % en une semaine !

Dans ce contexte de reprise épidémique confirmée, la ministre de la santé, Brigitte Bourguignon, invitée sur RTL ce lundi soir a demandé « au Français de remettre le masque dans les transports en communs ».

Rappelons que le port du masque n’y est plus obligatoire depuis le 16 mai dernier…il n’aura donc fallu qu’un petit mois et demi pour que la question du rétablissement de cette obligation se pose. Plusieurs voix se sont en effet élevées dans la communauté médicale pour le retour de cette injonction. La plus forte : celle du Dr Patrick Pelloux pour qui il est nécessaire que le gouvernement ordonne de nouveau l'obligation du port du masque.

Données contradictoires

Sur l’efficacité d’une telle mesure, soulignons que les données sont contradictoires.

Il est bien documenté, expérimentalement, comme le rappelait le HCSP (Haut conseil de la santé publique) dans un avis de 2021 « que le port du masque chirurgical permet de réduire d’unfacteur 3 environ le nombre de particules sub-microniques inhalées par le porteur, mais 40 % dece qui est inhalé passe par les côtés du masque. Cette fraction est probablement moindrequand le masque est bien adapté au visage ».

Des études ont également identifié que les masques chirurgicaux réduisaient significativement la détection de l'ARN du coronavirus dans les aérosols.

Le masque FFP2 correctement ajusté laisse passer une faible partie(environ 8 %) de l’aérosol auquel est exposée la personne qui le porte en raison des fuites sur lesbords du masque, le pouvoir filtrant du masque en lui-même étant d’au moins 94 % pour des particules de 0,01 à 1 μm.

La réalité de la protection offerte par les masques à usage chirurgical ou de type FFP2dépend néanmoins de nombreux autres facteurs, telsque l’adaptation au visage, le port de barbe ou la fréquence ventilatoire.

Certains auteurs ont également mesuré que l'efficacité d’un masque estd'autant plus élevée que l'abondance du virus est faible et qu’il est important de combiner le port d’un masque avec d'autres mesures barrières en particulier l’aération/ventilation.

Sur le plan épidémiologique, les données sont encore plus contrastées. On citera par exemple le cas de l’Italie ou le port du masque FFP2 est obligatoire dans les transports. Les autorités du pays ont ainsi décidé, le 15 juin, de prolonger l'obligation du port du masque dans les transports publics jusqu'au 30 septembre, sauf dans les avions, pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Pour autant, l’Italie connait elle aussi une nette hausse de l’incidence ces 3 dernières semaines qui a été multipliée par 8.

Rumeurs sur le retour du passe

Si on ne peut que relayer les appels au port du masque dans les transports, en particulier pour les personnes fragiles, on le voit, faire reposer la riposte contre la Covid sur un hypothétique port du masque obligatoire dans certains lieux clos paraît en partie illusoire.

En outre après deux ans de pandémie il sera peut-être plus difficile de faire respecter une telle obligation, et la saison estivale semble peu propice à se couvrir le visage.

Par ailleurs des rumeurs font état d’un retour rapide du passe vaccinal. « J’ai des informations selon lesquelles le passe vaccinal pourrait être réactivé à partir du 1er août » a ainsi déclaré, lundi en conseil de la métropole Nice Côte d’Azur, Christian Estrosi, affolant les réseaux sociaux.

Dans les faits, rien n’est moins sûr. Suspendu depuis le 14 mars dernier, le gouvernement devra faire adopter un nouveau texte s’il souhaite le réactiver au-delà du 31 juillet. Or l’avant-projet de loi sanitaire présenté au Conseil d’État n’évoque pas la remise en place d’un passe vaccinal. Il est seulement fait état de remettre en fonction un passe sanitaire aux frontières.

Quoi qu’il en soit, les récalcitrants seront peut être épargnés par l’absence de majorité claire à l’Assemblée nationale.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Obligation ou recommandation ?

    Le 29 juin 2022

    Il est aujourd'hui simplissime de comprendre ce qui pourrait améliorer la situation sanitaire :
    - vacciner pour éviter les formes nécessitant l'hospitalisation et les décès,
    - porter massivement des masques en promiscuité pour freiner la propagation épidémique.

    Il est aussi simplissime de comprendre que dans un monde idéal, où les citoyens seraient à la fois raisonnables, individuellement responsables et collectivement solidaires, tout le monde se conformerait aux recommandations. Dans le monde réel, et particulièrement en France, la plupart des gens refusent vigoureusement de suivre les recommandations quelles qu'elles soient. Reste à la politique de choisir entre de nombreuses solutions : réglementation, obligations, sanctions, incitations, laxisme... toutes aussi mauvaises.

    Ne rêvons donc pas. En démocratie la population est seule maîtresse de son destin et chacun ne peut que l'accepter. Même si l'on peut déplorer comme Churchill que ce système ne soit que moins mauvais que les autres, il faut s'en féliciter.

    Dr Pierre Rimbaud

  • Sur l'efficacité du port du masque

    Le 29 juin 2022

    Il est logique et parfaitement démontré que le port du masque est remarquablement efficace quand toutes les personnes en contact en portent.
    On est d'ailleurs bien mieux protégé quand son interlocuteur porte un masque que quand on en porte un soi-même mais non lui. Et l'on protège les autres plus que soi-même en le portant dans les lieux fréquentés.

    L'efficacité dépend aussi fortement de la distance de l'interaction et surtout de la manière dont le masque est porté. Toute politique de généralisation du masque est malheureusement compromise tant il y a de personnes qui portent inutilement un masque ne couvrant pas hermétiquement le nez.

    Dans quelques décennies, qui sait ? La notion d'hygiène aura progressé dans les nouvelles générations, les conduites sociales intégreront le souci de santé publique, les leçons de pandémies auront été apprises... ou non. Plutôt non, à voir comment l'on traite ces sujets.

    Dr Pierre Rimbaud

  • Sur l'efficacité du port du masque

    Le 30 juin 2022

    On se rappellera que l'obligation du port du masque n'a empêché aucune des vagues précédentes (notamment delta et omicron BA1 et BA2) ni ne semble avoir eu d'impact majeur sur leur évolution et que la vague BA2 a diminuée durant mars, avril et mai malgré la levée en mars de l'obligation.

    Il faut également faire la différence entre les masques FFP2 et chirurgicaux. Là où les premiers montrent une efficacité sur la transmission, elle est moins certaines pour les seconds (1) en particulier hors établissement de santé.

    L'intérêt d'une obligation de masquage généralisée hors établissement de santé parait ainsi assez douteuse.

    1. Kim MS, Seong D, Li H, Chung SK, Park Y, Lee M, et al. Comparative effectiveness of N95, surgical or medical, and non-medical facemasks in protection against respiratory virus infection: A systematic review and network meta-analysis. Rev Med Virol. 26 févr 2022;e2336.

    J.M.

Réagir à cet article