Sale temps pour les non-vaccinés

Vienne, le lundi 15 novembre 2021 – Pour inciter à la vaccination, certains pays n’hésitent désormais plus à prendre des mesures discriminatoires contre les non-vaccinés.

La mesure a pris effet ce lundi à minuit : désormais en Autriche, tous les habitants de plus de 12 ans qui n’ont pas reçu leurs deux doses de vaccins ou qui n’ont pas été guéris de la Covid-19 (soit environ 2 millions de personnes) sont confinés et ce pendant au moins 10 jours. Ils ne peuvent sortir de chez eux que pour prendre l’air ou faire des achats essentiels et ont également la possibilité se rendre au travail si nécessaire à condition de faire un test au préalable. Le gouvernement autrichien a même tenu à préciser que les non-vaccinés n’étaient pas autorisés à faire leurs courses de Noël.

Confinement des non-vaccinés en Autriche, passe vaccinal en Allemagne

« Nous ne prenons pas cette mesure le cœur léger mais malheureusement elle est nécessaire » s’est justifié le chancelier autrichien Alexander Schallenberg, alors que plusieurs milliers d’Autrichiens ont manifesté contre cette mesure ce lundi. Ce confinement discriminant (pour ne pas dire discriminatoire) vise à freiner le rebond épidémique actuel, particulièrement violent en Autriche. Avec 11 800 contaminations en 24 heures ce vendredi (pour 9 millions d’habitants), le pays a très largement battu son record de nouveaux cas quotidiens. Le nombre de patients hospitalisés en réanimation a très fortement augmenté ces derniers jours et le conseil scientifique du gouvernement estime que la saturation pourrait être atteinte vers le 24 novembre. 48 Autrichiens sont décédés de la Covid-19 ce samedi, du jamais vu depuis le mois de février. Avec 63,5 % de sa population totalement vaccinée, l’Autriche présente l’un des taux de vaccination les plus faibles d’Europe occidentale.

Selon France 2 plus de 10 000 viennois se sont présentés dans les centres de vaccination de la capitale depuis cette annonce.

L’Autriche n’est pas le seul pays à prendre des mesures « discriminatoires » contre les non-vaccinés. Jusque-là, la plupart des pays occidentaux s’étaient contenté de soumettre l’accès aux lieux publics à la présentation d’un passe sanitaire et les non-vaccinés pouvaient donc y accéder à condition de se faire tester. Mais alors que l’Europe occidentale, pourtant fortement vaccinée, subit une nouvelle vague de contaminations, certains estiment qu’il est temps d’accentuer la pression sur les non-vaccinés. En Allemagne, qui fait également face à un rebond épidémique important, plusieurs régions dont Berlin et la Saxe, ont décidé de transformer le passe sanitaire en passe vaccinal, solution qui a notamment reçu le soutien du futur chancelier Olaf Scholz. Dans les régions concernés, les personnes non-vaccinées, même testées négatives, ne peuvent plus se rendre aux restaurants ou dans les lieux culturels. Un tel passe vaccinal va également être mis en place aux Pays-Bas et dans l’état australien du Queensland dans les prochaines semaines.

Pas de restrictions supplémentaires à l’horizon en France (pour l’instant)

A Singapour, les autorités ont annoncé quant à elles que les patients non-vaccinés atteints de la Covid-19 ne verront plus leurs soins remboursés à compter du 8 décembre prochain. Enfin en Lettonie, le parlement a pris la décision curieuse et fortement anti-démocratique de suspendre le droit de vote des neufs députés non-vaccinés, sans que l’on comprenne très bien comment cela peut inciter la population à se faire vacciner.

En France, où le rebond épidémique est moins important et la couverture vaccinale plus large qu’en Allemagne ou en Autriche, aucune mesure de ce type n’est à l’ordre du jour. Ce week-end, ce sont tour à tour le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le ministre de l’économie Bruno Le Maire et le chef de la majorité parlementaire Christophe Castaner qui ont exclu toute possibilité de confinement à court terme. La loi du 10 novembre dernier sur la prolongation du passe sanitaire ne prévoit pas la mise en place d’un passe vaccinal et Emmanuel Macron n’a pas non plus évoqué cette hypothèse dans son discours de mardi dernier.

La décision prise à Vienne de confiner les non-vaccinés divise en tout cas la classe politique française. Ce dimanche soir, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, tous deux candidats à l’investiture des LR, ont déclaré ne pas être opposé en principe à un confinement des non-vaccinés, alors que Marine Le Pen a jugé cette mesure « nocive ».

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (17)

  • L'éternel bouc émissaire

    Le 15 novembre 2021

    Euh? Il n'y a que moi que ça choque. Sans tendre vers le point Godwin, mais quand on mettra les non vaccinés dans des camps, est-ce que les gens commenceront à se réveiller, pas sûr ? Une question me taraude! Lorsque l'on aura éliminé d'une manière ou d'une autre, tous les non vaccinés, qui va-t-on accuser lors des nouvelles vagues, peut-être ceux qui auront eu le moins de dose? Ainsi une nouvelle hiérarchie s'établira entre les 5 doses, les 4 doses, et les 3 doses. Les 2 doses récalcitrants seront les premiers a rejoindre le reste des non vaccinés dans les camps.

    Dr Orwell alias VB

  • Nous ne sommes pas si mauvais

    Le 15 novembre 2021

    Quant on voit les restrictions imposées en Autriche on se dit que notre stratégie déjà ancienne d'incitation forte à la vaccination en France, via le pass sanitaire, n'était pas si mauvaise.
    Elle a engendré un taux de vaccination complète nettement plus élevé qu'en Autriche ou en Allemagne.
    Pour une fois nous avons été en avance.
    J'espère que cela nous permettra d'éviter de nouvelles mesures drastiques.

    Dr Thibault Heimburger

  • Pas choqué (réponse à VB)

    Le 17 novembre 2021

    Meme si c'est un peu dur a entendre, refuser de se faire vacciner est équivalent sur le fond à rouler bourré : c'est dangereux pour soi, pour les autres, on le fait sciemment et en toute connaissance de cause, en pariant que les autres (ceux qui n'ont pas bu) vous éviteront.

    Un raisonnement que d'autres vont critiquer, mais dans le fond, c'est très proche... 3000 morts par an sur les routes liées à l'alcool, 120 000 du covid au total en deux ans, et actuellement autour de 10-15 000 morts par an malgré la campagne de vaccination.

    Eh oui ! une couverture vaccinale incomplète entraine actuellement 3 fois plus de décés que l'alcool au volant. C'est pour ça que je ne suis ni surpris ni choqué par une politique un peu plus "repressive" pour les non vaccinés que pour le reste de la population.

    Dr E Orvain

Voir toutes les réactions (17)

Réagir à cet article