Correction sûre sans surcorrection de l’hyponatrémie grâce à la desmopressine intranasale

L'hyponatrémie sévère (concentration sérique de sodium ([sNa]) ≤ 120 mEq/L) nécessite un traitement agressif afin de prévenir un œdème cérébral potentiellement fatal, des crises d'épilepsie et d'autres séquelles. Mais, une surcorrection est source d’hémorragie cérébrale et de démyélinisation potentiellement mortelles. Les directives thérapeutiques et les avis d'experts recommandent une intervention empirique d'urgence avec du chlorure de sodium à 3 % pour augmenter le [sNa] de 4-6 mEq/L chez les patients symptomatiques, tout en cherchant à diagnostiquer et à traiter rapidement la cause sous-jacente. La correction de la cause sous-jacente (par exemple, une réanimation volumique rapide des patients présentant une déshydratation simple, l'arrêt des diurétiques et l'arrêt des stimulants de la libération ou de l'action de la vasopressine) arrête brusquement la libération de vasopressine par l'hypophyse postérieure, augmentant ainsi l'excrétion d'eau sans électrolyte par les reins. Les patients présentant une intoxication hydrique auto-induite due à une polydipsie primaire et à une consommation excessive de liquides ont déjà une sécrétion de vasopressine supprimée, et une restriction brutale de la consommation d'eau peut alors induire une déshydratation par le biais d'une polyurie soutenue.

En plus de ces stratégies empiriques conventionnelles, les progrès dans notre compréhension du mécanisme sous-jacent à la surcorrection du [sNa] ont conduit à proposer un co-traitement par vasopressine synthétique. Le traitement par desmopressine intraveineuse pour la prévention de la perte d'eau urinaire a été introduit pour la première fois en tant que traitement de sauvetage pour une surcorrection en 1999 et le traitement proactif par desmopressine pour la prévention de la surcorrection a été rapporté en 2002. L'administration réactive de desmopressine en réponse à une augmentation du [sNa] et/ou du débit urinaire avant une surcorrection établie a été rapportée en 2008, et plusieurs séries de cas ultérieurs ont confirmé l'efficacité et la sécurité de ces thérapies préventives par desmopressine.

Les directives actuelles et les avis d'experts recommandent la desmopressine comme une intervention facultative pour contrôler la perte d'eau urinaire et prévenir la surcorrection. En outre, un traitement de secours intranasal par desmopressine a été proposé chez des patients présentant une surcorrection d'une hyponatrémie sévère. Cependant, les études comparant l'efficacité de l'utilisation proactive ou réactive de la desmopressine à la prise en charge conventionnelle sans desmopressine font défaut.

Une étude rétrospective montre l’intérêt de la desmopressine intranasale

Lacune partiellement comblée par cette étude rétrospective qui a comparé la sécurité et l'efficacité de la desmopressine nasale à la gestion conventionnelle pour la prévention de la surcorrection du [sNa] : 47 patients traités par desmopressine et 17 patients traités de manière conventionnelle dans une unité de soins intensifs d'un hôpital universitaire au Japon entre 2013 et 2018 en utilisant une approches basée sur le score de propension. Le résultat principal était la correction sûre du [sNa], définie comme une différence ≤ 8 mEq/L entre le [sNa] de départ et le [sNa] de suivi à tout moment dans les 24 h suivant le diagnostic.

Le taux de correction sûre à 24 heures a été significativement plus élevé dans le groupe desmopressine que dans le groupe traitement conventionnel (68 % [32/47] contre 41 % [7/17], P = 0,039), et l'analyse dose-réponse a indiqué une association positive entre la dose cumulée de desmopressine à 24 heures et la correction sûre à 24 heures (p = 0,003). Toutefois, le peu de cas de surcorrections a empêché une évaluation fiable à 48 h. L'exacerbation de l'hyponatrémie a été comparable dans les deux groupes de traitement.

Le traitement par desmopressine a été associé à une augmentation de la correction sûre à 24 heures par rapport au traitement conventionnel. Ces données limitées justifient la réalisation d'essais cliniques prospectifs à plus grande échelle.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Naruhiro Jingushi et coll. : Association of intranasal desmopressin therapy with overcorrection of severe hyponatremia: A retrospective, propensity score-based, single-center cohort study. Journal of Critical Care, 2021; 64 : 53-61, ISSN 0883-9441, https://doi.org/10.1016/j.jcrc.2021.03.010.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article