La piste de la mélatonine pour soulager la nycturie du Parkinson

La nycturie est un des symptômes non moteurs les plus fréquents au cours de la maladie de Parkinson idiopathique (MPI). Sa pathogénie reste mystérieuse et plusieurs hypothèses sont avancées : considérée comme le témoin possible de troubles urologiques, elle fait également évoquer un dysfonctionnement vésical neurogène quand ce n’est pas l’existence de perturbations des rythmes circadiens. Cette dernière hypothèse conduit à la piste de la mélatonine qui joue de fait un rôle crucial dans la régulation de ces derniers.

Une petite étude ouverte pilote de phase 2 a exploré cette piste potentielle. Ont été inclus 20 patients (dont 12 hommes) d’âge moyen 68,2 ± 7,8 ans atteints d’une MPI associée à une nycturie gênante. La maladie évoluait depuis 8,0 ± 5,5 années. Le bilan initial a reposé sur des questionnaires standardisés, une exploration urodynamique et un scanner pelvien pour préciser l’état de la vessie. Les participants ont ensuite évalué, pendant deux semaines, leur diurèse nocturne en termes de volume et de fréquence des mictions, ainsi que leur sommeil sous l’angle de la qualité et de la quantité.

Amélioration des troubles urinaires sans amélioration du sommeil

Au cours des six semaines qui ont suivi, la mélatonine sous sa forme à libération prolongée a été administrée le soir à la dose de 2 mg/jour. Ce traitement a été associé à une réduction significative de la nycturie évaluée à l’aide du questionnaire validé ICIQ-N (International Consultation on Incontinence Questionnaire Nocturia) (p = 0,01), du nombre de mictions nocturnes (p = 0,013), du volume de la diurèse nocturne (p = 0,013). En revanche, de l’avis des patients ou des partenaires, aucune amélioration du sommeil n’a été constatée, qu’il s’agisse de sa durée ou sa qualité.

Cette étude de phase 2 ouverte et strictement exploratoire suggère que la mélatonine est à même d’améliorer la nycturie, l’un des symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson. Un effet placebo ne peut être à l’évidence écarté et un essai randomisé, mené à double insu s’impose avant de conclure à l’efficacité d’un tel traitement.

Dr Giovanni Alzato

Référence
Batia A et coll. : Exploratory pilot study of exogenous sustained-release melatonin on nocturia in Parkinson's disease. Eur J Neurol., 2021 ; 28 (6):1884-1892. doi: 10.1111/ene.14774.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Parkinson et nycturie

    Le 02 août 2021

    La nycturie est un symptôme des apnées du sommeil : quelle en est la fréquence chez le parkinsonien ?

    Dr Bernard Morardet

Réagir à cet article