Certains facteurs de risque d’AVC sont spécifiques aux femmes

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont l’une des causes les plus fréquentes de mortalité et d’invalidité chez les femmes. En 2019, ils ont été à l’origine de 3 millions de décès de femmes dans le monde et de 10 millions d’années en bonne santé perdues, soit 44 % de plus que chez les hommes. Certains facteurs de risque ont été identifiés, comme l’obésité, l’hypertension et le diabète, mais ils n’expliquent pas la différence de risque entre hommes et femmes.

Le lien entre des problèmes d’infertilité, des antécédents de fausse-couche ou d’enfant mort-né a été exploré, mais sans parvenir à des résultats convaincants. C’est pourquoi une nouvelle étude a été entreprise, en considérant cette fois, non pas l’ensemble des accidents vasculaires cérébraux, mais chacun de leurs sous-types.

Les données de 8 études de cohorte ont été exploitées (Australie, Chine, Japon, Hollande, Suisse, Royaume-Uni et Etats-Unis, portant sur plus de 618 000 femmes.

Impact de l’infertilité, des interruptions spontanées de grossesse, des mort-nés

Un premier AVC non fatal est survenu pendant le suivi chez 9 205 femmes (2,3 %), alors que 4 003 ont présenté un AVC fatal (0,7 %). Après stratification en fonction de l’hypertension et ajustement sur l’ethnie, l’indice de masse corporelle, le tabagisme, le niveau scolaire, l’analyse des données montre que l’infertilité, les fausse-couche ou la naissance d’un enfant mort-né sont associés au risque d’AVC, et particulièrement les 2 derniers facteurs quand ils se répètent. Ainsi, le risque d’AVC non fatal augmente de 14 % en cas d’antécédent d’infertilité, de 35 % en cas d’antécédent fausse couche récidivante (au moins 3) et de 31 % en cas d’enfant mort-né. Le risque d’AVC fatal est augmenté de 82 % en présence d’antécédents de fausse-couche récidivante, et de 26 % en cas d’antécédent de naissance enfant mort-né récidivante.

Il apparaît que l’augmentation du risque associé avec l’infertilité ou les naissances récurrentes d’enfant mort-né ne concerne qu’un seul sous-type d’AVC : l’AVC ischémique non fatal pour le premier et l’AVC hémorragique fatal pour le second. En revanche, les antécédents de fausse-couche récidivantes sont associés à une augmentation de risque de deux sous-types.

Ces données suggèrent que des antécédents de fausse-couche ou de naissances d’enfant mort-né, récidivantes, justifient une surveillance attentive précoce, avec la correction des facteurs de risque et la promotion d’un mode de vie sain (arrêt du tabac, activité physique, alimentation équilibrée), afin de réduire le risque d’AVC plus tard dans la vie.


Dr Roseline Péluchon

Références
Liang C. et coll. : Infertility, recurrent pregnancy loss, and risk of stroke: pooled analysis of individual patient data of 618851 women.
BMJ 2022;377:e070603. doi.org/10.1136/BMJ-2022-070603

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article