Contrer les effets des particules fines grâce aux omégas 3

Peu d’études ont évalué l’effet bénéfique possible d’une supplémentation en acides gras –oméga 3  vis-à-vis de la pollution par les particules atmosphériques fines (diamètre < 2,5 µm PM 2,5). Lin et coll. ont donc cherché à savoir si une supplémentation diététique en huile de poissons protégeait la santé cardiovasculaire en cas d’exposition aux  particules fines en Chine.

Pour ce faire, ils ont effectué une étude randomisée, contrôlée vs placebo,  menée en double aveugle chez 65 collégiens en bonne santé de la ville de Shanghai.

Les participants ont été assignés par randomisation à prendre tous les jours, de Septembre 2017 à Janvier 2018, soit un  placebo (groupe placebo) soit une supplémentation alimentaire de 2,5 g d’huiles de poissons (groupe intervention). Lors des 2 derniers mois de l’étude les participants ont bénéficié de quatre examens médicaux au cours desquels étaient mesurés : la pression artérielle et les taux de 18 biomarqueurs : de l’inflammation systémique, de la coagulation, de la fonction endothéliale, du  stress oxydatif, de l’activité antioxydante, du métabolisme cardiaque et de la réponse  neuroendocrine au stress.

Effets significatifs sur 5 biomarqueurs de la santé cardiovasculaire

Les effets aigus des particules fines sur ces paramètres ont été évalués dans chacun des deux groupes  en utilisant des modèles linéaires à effet mixte. Les concentrations en particules fines étaient mesurées en temps réel dans le campus au niveau de sites prédéterminés. Pendant la période de l’étude, le taux moyen de particules fines a été de 38 µg/m3.

En réponse à différentes exposition aux particules fines, comparés à ceux du groupe placebo,  les taux de la plupart des biomarqueurs sont restés relativement stables dans le groupe huile de poissons (groupe intervention).  Les différences notées entre les 2 groupes,  suite à l’exposition aux particules fines, a varié selon les biomarqueurs et la durée de l’exposition.

Il a été observé un effet bénéfique significatif (p < 0,05) d’une supplémentation en huiles de poisson sur 5 biomarqueurs qui concernaient l’inflammation, la coagulation, la fonction endothéliale, le stress oxydatif et la réponse  neuroendocrine au stress.

Cette étude, menée en Chine, montre ainsi que la supplémentation en acides gras–oméga 3  a un effet bénéfique cardiovasculaire infra-clinique, à court terme, chez de jeunes adultes en bonne santé exposés  à l’inhalation de particules fines atmosphériques.

Dr Robert Haïat

Référence
Lin Z et coll. : Cardiovascular Benefits of Fish-Oil Supplementation Against Fine Particulate Air Pollution in China. J Am Coll Cardiol., 2019;73: 2076–85)

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • 65 ado chinois et...

    Le 05 septembre 2019

    Quelle vaste étude! Sérieuse et crédible, menée par...payée par...
    L'HAS a refusé toutes les dossiers de moins de 200 cas pour l'homéopathie.

    Dr Isabelle Gautier

Réagir à cet article