Covid-19 : tester à grande échelle la population asymptomatique est décidément une bonne stratégie !

La transmission du virus SARS-COV-2 par des personnes asymptomatiques a été l’un des défis posés pour le contrôle de la pandémie. En plus des mesures non pharmacologiques, de nombreux pays ont déployé la stratégie des tests rapides antigéniques, permettant à des personnes asymptomatiques de vérifier si elles étaient potentiellement contagieuses et si elles devaient s’isoler.

De nombreux débats ont eu lieu sur l’utilisation à grande échelle des tests antigéniques, sur les méfaits potentiels des faux positifs et des faux négatifs, sur la pertinence de tenter de réduire la transmission du SARS-CoV-2 avec l’utilisation d’un test approximatif, et enfin sur le coût de cette approche. La plupart de ces débats manquaient toutefois d’éléments de comparaison entre populations testées et non testées, en termes par exemple de taux d’hospitalisations.

C’est la raison pour laquelle une équipe du Royaume-Uni a entrepris de comparer les hospitalisations dans la population de Liverpool (n = 498 042) testée à grande échelle et celles du reste de l’Angleterre, à un moment où le testing antigénique n’y était pas encore déployé. Une large campagne de sensibilisation a été réalisée et la population asymptomatique était invitée à s’auto-tester, et, en cas de positivité, à s’isoler pendant 10 jours et à réaliser un test PCR de confirmation. La campagne, lancée le 6 novembre 2020 (coïncidant avec le début du 2ème confinement national), a reçu un accueil favorable auprès de la population. Le 3 janvier 2021, 33 % de la population s’était testée au moins un fois.

Une réduction significative des hospitalisations pour Covid-19


Cette étude montre que l’introduction des tests à Liverpool, avant leur large diffusion à l’ensemble du Royaume-Uni, est associée à une réduction des hospitalisations pour Covid-19, en comparaison de ce qui pouvait être attendu en l’absence de testing. L’effet le plus important est retrouvé quand l’analyse se limite au premier mois de déploiement du test (du 6 novembre au 3 décembre 2020), alors que le testing était réalisé à Liverpool à très grande échelle.

La réduction des hospitalisations est alors de 43 %. Sur l’ensemble de la durée de l’intervention (du 6 novembre 2020 au 2 janvier 2021), avant que la campagne de test ne se généralise à tout le pays, la réduction des hospitalisations est de 25 %, après ajustement pour les différences régionales en termes de restrictions sanitaires.

Ces données confirment l’utilité du test antigénique pour réduire les risques de Covid-19. Le succès d’une telle stratégie repose toutefois sur un niveau élevé de la pratique des tests et la mise en place de mesures efficaces pour faciliter l’isolement des personnes infectées et de leurs proches.

Dr Roseline Péluchon

Références
Zhang X et coll. : Impact of community asymptomatic rapid antigen testing on covid-19 related hospital admissions: synthetic control study.
BMJ2022;379:e071374. doi.org/10.1136/bmj-2022-071374

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Covid-19 et dépistage systématique, 1 an après

    Le 30 novembre 2022

    Certes, l'étude est parlante. Mais elle a été réalisée avant que les vaccins apparaissent.
    En serait-il de même dans une population correctement vaccinée ? Probablement non, pas avec une telle ampleur, puisque le vaccin réduit de manière drastique les hospitalisations des formes graves...
    On attend donc la même étude pour la même période, mais une année plus tard...

    Dr Jean-Jacques Arzalier

  • Covid 19, généralisation des tests chez les asymptomatiques ?

    Le 30 novembre 2022

    A raisonner de cette façon on pourrait aussi faire de même pour la grippe qui, elle aussi, est responsable de nombreux décès surtout chez les sujets fragiles, on paralyserait ainsi la vie économique du pays sauf l'activité des fabricants de tests... A un certain moment il faut bien comprendre que vivre est une activité dangereuse qui dans tous les cas se terminera mal.

    Dr B Bidet

  • Faux et usage de faux

    Le 01 décembre 2022

    Les données collectées ne traduisent pas l'intérêt d'une pratique de testing généralisée mais celui d'une campagne d'isolement systématique des sujets infectés.
    Plusieurs erreurs d'interprétation conduisent à une conclusion très fallacieuse. Par exemple il n'est absolument pas démontré qu'un repérage actif des cas contacts ne suffise pas. Quant aux périodes d'analyse elles ne concordent pas. On ignore aussi totalement si la PCR à grande échelle apporte un bénéfice sanitaire - hormis celui des biologistes.
    Alors oui : les tests antigéniques sont pratiques pour confirmer un doute chez les contacts potentiels, utiles et probablement rentables si un isolement s'ensuit. Mais on n'avait pas besoin de cette publication pour le savoir. Et le "dépistage systématique à grande échelle" reste assurément un imbécillité, pour le coronavirus comme pour tout motif.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.