Franc succès de la vaccination anti-Covid en Israël !

Depuis son apparition en Israël, la pandémie de Covid-19 a été à l’origine d’environ 6 370 décès en Israël, pour une population de 9,1 millions d’habitants. La campagne de vaccination volontariste lancée le 20 décembre 2020 avait pour objectif de vacciner les 6,5 millions de résidents israéliens âgés de 16 ans et plus, avec le vaccin à ARNm Pfizer-BioNTech. Le 3 avril 2021, 72,1 % de cette population (90 % des plus de 65 ans) avait reçu 2 doses de vaccin.

Le Lancet publie les données de la surveillance réalisée au cours de ces premiers mois de la campagne vaccinale. Les bonnes nouvelles ne sont pas légion en ce moment, mais les résultats fournis par cette publication en sont incontestablement une. En effet, l’étude montre l’efficacité des 2 doses de vaccin, contre l’infection par le SARS-CoV-2, les cas de Covid-19, les hospitalisations, les formes graves et les décès. Sept jours après la seconde dose, l’incidence de l’infection est de 3,1 pour 100 000 personne-jours chez les personnes vaccinées et de 91,5 pour les non vaccinés, soit une efficience du vaccin estimée de 95,3 %.

Efficience de plus de 96 % chez les plus de 75 ans

Après ajustements, 7 jours après la seconde dose, cette efficience est de 91,5 % contre les formes asymptomatiques (9 cas pour les non vaccinés vs 1,8 pour 100 000 personne-jours), 97 % contre les infections symptomatiques (32,5 vs 0,8), 97,2 % contre les hospitalisations en lien avec la Covid-19 (4,6 vs 0,3), 97,5 % contre les hospitalisations liées à des formes graves ou critiques (2,7 vs 0,2) et 96,7 % contre les décès dus au virus (0,6 vs 0,1). L’efficience augmente légèrement après les 14 jours suivant la 2e dose. Toutes formes de Covid-9 confondues, elle est supérieure à 96 % chez les plus de 75 ans et les plus de 85 ans.


L’incidence de la Covid-19 décroît dans tous les groupes d’âge, par étapes coïncidant avec la couverture vaccinale des différentes classes d’âges éligibles à la vaccination, signifiant que cette baisse de l’incidence est plus liée à la vaccination qu’aux mesures de confinement décrétées fin-décembre et qui touchent toute la population. De plus, l’incidence reste basse après la levée des mesures de confinement.

On peut donc espérer endiguer l’épidémie avec une bonne couverture vaccinale

Pendant la période d’observation, 95 % de 8 472 sérums testés positifs l’étaient au variant B.1.1.7., dit anglais. Cela confirme dans la vie « réelle » l’efficacité du vaccin contre ce variant. Quant au variant sud-africain, s’il a été identifié en Israël récemment, les cas sont encore trop rares pour que l’efficacité vaccinale puisse être évaluée.

Finalement les auteurs estiment que ces résultats laissent penser qu’une bonne couverture vaccinale peut permettre d’endiguer la pandémie de manière significative, voire de la contrôler si les programmes de vaccination s’étendent à travers le monde. Ils soulignent en revanche que, pour atteindre une immunité de groupe, la couverture vaccinale devra concerner au moins 60 % de toute la population, ce qui impliquera de vacciner certains sujets de moins de 16 ans.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Haas EJ et coll.: Impact and effectiveness of mRNA BNT162b2 vaccine against SARS-CoV-2 infections and COVID-19 cases, hospitalisations, and deaths following a nationwide vaccination campaign in Israel: an observational study using national surveillance data. Lancet, 2021 ; publication avancée en ligne le 5 mai 2021. doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00947-8

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Efficace et efficiente

    Le 10 mai 2021

    Excellente tribune qui confirme l’efficacité de la vaccination pour le contrôle de l’épidémie en utilisant le vaccin ARNm.
    Juste une petite critique concernant l’utilisation du mot efficience ; dans le texte il s’agit de l’efficacité (traduction de effectivness).
    L'efficience est la capacité de parvenir à un maximum de résultats avec un minimum de ressources. Une action peut être efficace, mais pas efficiente si elle utilise des moyens disproportionnés.
    On peut par contre qualifier d’efficiente la stratégie de vaccination, car malgré son coût elle permet en évitant (en diminuant) la maladie, les hospitalisations, les décès, une économie considérable.

    Pr D. Baudon

  • Belle publication

    Le 11 mai 2021

    Belle analyse d’un beau travail. Pas sûr que les nuances sémantiques, exactes au demeurant, du Pr Baudon sur Efficience « Rank Xeroxienne » - Efficacité et entre les deux le Coût modifie la qualité de l’analyse et à fortiori du travail.
    Retour au FOND, outre l’extraordinaire défi qui a été relevé par Israel et ses populations

    1- Une cohorte observationnelle « vraie vie » NATIONALE et plateforme UNIQUE : Pfizer – BioNTech (PB) : Elle évite les biais inhérents aux analyses portants sur les soignants et/ou des plateformes multiples (UK : PB – Astrazenaca Oxford : AZ)

    2- Vie réelle pour vie réelle :
    • Après 16ans
    • PREMIERE EVALUATION de DEUX doses PB espacées de 03semaines , comme en phase 3 : 03 semaines et non 06 voir 12 (DGS 11/4) , deux doses et non une (Israel , Danemark , USA , UK)
    • Evaluation au moins 07 puis 14jours après la SECONDE injection avec documentation PCR
    • Climat variant B117 (« UK ») très dominant (95%) sur la période vaccinale analysée

    3- L’efficacité patente en regard d’une population non (encore) vaccinée ne porte pas que sur les hospitalisations
    Une réduction drastique d’au moins 90-95% peut être retenue (Table 2 après J7- Table4 après J14)
    • Quelque soit le paramêtre analysé : Mortalité (donnée pivôt de l’ambition vaccinale OMS : réduction > 50%) , F symptômatique sévère ou pas , hospitalisations et leur impact logistique
    • Bénéfice incluant les formes ASYMPTOMATIQUES et leur impact épidémiologique sur la dynamique de transmission virale , d’analyse plus difficile : La réduction observée (>90-95%) est possiblement SUR-évaluée compte tenu d’une définition « peu orthodoxe» des Asymptômatiques : sans fiêvre ni signe respiratoire …
    • Quelque soit l’age , même après 85ans (Table3)
    • Les différences entre J7 et J14 sont très modestes , quelque soit le paramêtre et l’age
    • L’importance de l’efficacité obtenue rend illusoire la quête d’un bénéfice supérieur après J7 ou J14
    • Etude observationnelle vraie vie et non randomisation : Les résultats sont cependant en accord avec la phase 3 pivôt
    • Pas de distinguo primo-infectés ou non : même stratégie pour tous . Ils sont exclus du travail écossais :

    Vasileiou E et coll . Interim findings from FIRST-dose mass COVID-19 vaccination roll-out and COVID-19 hospital admissions in Scotland: a national prospective cohort study. Lancet. 2021 May1;397(10285):1646-1657. doi: 10.1016/S0140-6736(21)00677-2.

    • L’extension aux moins de 16ans ne devrait pas tarder , en Israel comme ailleurs : Elle est devenue effective au Canada (6/5) après 12ans

    4- Un recul unique à ce jour : presque 07semaines après seconde dose . Et ensuite ? :
    • Evaluation sera maintenue après 7s , peu de doutes
    • L’actualité VARIANTS (B.1.351 « Sud-africain ») s’impose en Israel comme ailleurs : Elle pourrait SUR-exposer les vaccinés :

    Kustin T, Harel N, Finkel U et coll . Evidence for increased breakthrough rates of SARS-CoV-2 VARIANTS of concern in BNT162b2 mRNA vaccinated individuals. medRxiv 2021 Apr9 doi.org/10.1101/2021.04.06.21254882 (preprint)

    Le travail du QATAR indique que cette émergence (50% B117 – 50% B.1.351) n’impacte pas une issue essentielle dans un pays très « sanitarisé » : les DECES pour lesquels la réduction reste > 90% :

    Abu-Raddad LJ, Chemaitelly H, Butt AA; National Study Group for COVID-19 Vaccination. Effectiveness of the BNT162b2 Covid-19 Vaccine against the B.1.1.7 and B.1.351 Variants. N Engl J Med. 2021 May 5. doi: 10.1056/NEJMc2104974

    5- La question de la TOLERANCE vaccinale n’est pas le sujet de ce travail : Pancréatites , myocardites sont à surveiller, notamment après seconde dose : Israel et USA sont aux premières loges pour nous renseigner

    L’association Thrombose – Thrombopénie autoimmune restait NON rapportée aux USA (CDC) au 14/4 à l’issue de 182MILLIONS de doses ARNm , malgré l’effet de notoriété :
    • Pfizer : 0 thrombose cérébrale pour 97.9millions de doses
    • Moderna : 03 thromboses cérébrales (J2-J6-J12) pour 84.7millions de doses (J2-J6-J12) SANS thrombopénie

    Shimabukuro T. Thrombosis with thrombocytopenia syndrome (TTS) following JANSSEN COVID-19 vaccine. Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) April 23, 2021.Tom Shimabukuro. COVID-19 Vaccine Task Force Vaccine Safety Team (FDA)
    https://www.cdc.gov/vaccines/acip/meetings/downloads/slides-2021-04-23/03-COVID-Shimabukuro-508.pdf

    Il peut être légitime d’évoquer chez les plus jeunes la « tolérance long terme » : Les questions sans réponse ne sont pas les plus utiles.

    6- Israel n’est pas le monde sur la voie de l’immunité collective israélienne certes mais planétaire surtout :
    • Le bénéfice individuel et collectif décrit a un coût financier
    • Combien de pays n’ont pas débuté leur programme vaccinal ?
    • Combien de pays l’on initié ou poursuivi avec des plateformes non ARNm aux efficacité moins évaluées et/ou moins efficace : la barre est haute.
    • Le ou les « Pass » introduisent une universalité plaisante … là où inéquité et hétérogénéité domine outrageusement.

    Point de détail : A nouveau cette publication israélienne distingue clairement « Juif général » , « Ultra-orthodoxe » , « Arabe » (Table 1) : Bien loin de nos tabous nationaux.

    Question sans réponse : Sur quel argumentaire , autre que pragmatique – logistique – financier – variant , peut-on (encore) recommander une plateforme adénovirale (AZ , Jansen) ?)

    Dr JP Bonnet

Réagir à cet article