Pré-éclampsie : le risque d’insuffisance rénale chronique est réel

La pré-éclampsie est associée à un risque d’insuffisance rénale grave. Le lien entre la pré-éclampsie et l’insuffisance rénale chronique et les marqueurs cliniques d’une altération de la fonction rénale est toutefois moins bien établi. Les travaux donnent en effet des résultats contradictoires, sans doute du fait d’importantes différences méthodologiques.

Une équipe danoise vient de publier les résultats d’une étude de cohorte intégrant toutes les femmes ayant mené une grossesse au-delà de 20 semaines, entre 1978 et 2015. Plus de 1 million de personnes ont ainsi été incluses et suivies pendant 18,6 ans en moyenne.

L’analyse des données confirme une association forte entre la pré-éclampsie et l’insuffisance rénale chronique, la néphropathie hypertensive et la néphropathie glomérulaire avec protéinurie. Le risque est d’autant plus élevé que la pré-éclampsie est précoce, multiplié par 4 quand elle survient avant 34 SA. Il est triplé quand la pré-éclampsie se produit entre 34 et 36 SA et doublé quand elle survient à partir de 37 SA.

Nécessité d’un suivi particulier dans les premières années après la grossesse

Le lien entre la pré-éclampsie et le risque d’insuffisance rénale chronique ou de néphropathie glomérulaire avec protéinurie semble particulièrement étroit dans les 5 ans suivant la grossesse : ainsi, le risque d’insuffisance rénale chronique est multiplié  en moyenne par 6 dans les 5 premières années, par 2 ensuite.

Ces données suggèrent que les femmes ayant des antécédents de pré-éclampsie doivent bénéficier d’un suivi particulier dans les premières années suivant la grossesse. La détection précoce d’anomalies de la fonction rénale peut permettre la mise en place d’un suivi pour retarder, voire éviter l’installation d’une insuffisance rénale. Les auteurs estiment toutefois que d’autres travaux sont nécessaires pour déterminer quelles sont les femmes à plus haut risque, quels sont les mécanismes qui sous-tendent cette association et définir ainsi le suivi le plus adapté.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Kristensen JH et coll. : Pre-eclampsia and risk of laterkidneydisease:nationwidecohortstudy BMJ 2019;365:l1516

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article