François Braun admet finalement la fermeture de services d’urgence

Paris, le jeudi 11 août 2022 – En visite au CHU de Nantes, le 3 août dernier, pressé de questions par les journalistes suivant son déplacement, François Braun avait martelé : « il n’y a pas de fermetures d’urgences. Je crois qu’il faut arrêter avec ce terme, qui est tout le temps utilisé, qui fait peur. Il n’y a pas de fermeture, il y a un accès régulé […] vers les services d’urgence, dans les endroits où il n’y a plus les moyens pour faire tourner [les services] sans cette régulation ».

Or, le même jour, une enquête de SUdF*, syndicat qu’il dirigeait avant de devenir le locataire de l’avenue de Ségur, rapportait que « 42 établissements ont été contraints de réaliser une fermeture totale de nuit de leur SU pour un nombre cumulé de 546 nuits en juillet. De jour ce sont 23 établissements qui ont réalisé une fermeture totale pour un nombre cumulé de 208 jours ».

Ces chiffres inquiétants n’étaient d’ailleurs pas exhaustifs, puisque seule la moitié des services avait participé à ce sondage.

Un phénomène qui découlait, selon SUdF, des conclusions de la mission flash dont la 24ème recommandation était « d’autoriser la suspension d'activité partielle d'un SU dans une logique territoriale »

Sous la pression de ses ex-confrères…

Depuis ces déclarations nantaises, François Braun était sous la pression de ses ex-confrères urgentistes.

Christophe Prudhomme (AMUF**) pointait ainsi sur Twitter un « ministre de la Santé pris en flagrant délit de mensonge ». Dans les colonnes de Libération, il poursuivait : « il ment face à des éléments qui sont fournis par l’organisation qu’il présidait il y a encore quelques semaines ».

Marc Noizet, son successeur à la tête de SUdF, évoquait lui des « contradictions évidente ». Sans surprise, plus mesuré que Christophe Prudhomme, il expliquait ces « contradictions » par une « question de sémantique », le terme « fermeture » étant habituellement utilisé dans les cas d’arrêt d’activité définitif.

… Le ministre admet 8 services fermés

Quoi qu’il en soit, hier, sur RTL, le ministre a dû donc finalement admettre : « en termes de fermeture, c’est-à-dire un service d'urgences qui n'accueillerait plus personne, il y en avait quatre avant le mois de juillet, il y en a huit aujourd'hui ».

François Braun a toutefois relativisé, parmi les huit établissements concernés « il y a quatre cliniques avec des services d'urgence publiques à proximité ». Il a en outre affirmé que toutes les parcelles du territoire français continuaient à disposer de services d'«urgence vitale » via des équipes mobiles du Samu.

On pourra s’interroger sur le décalage entre les données du ministre et celles de son ancien syndicat…

Pour l’avenir, SUdF demeure très inquiet et, début août, il écrivait : « les services d'urgence sont en très grande fragilité (…) La situation attendue au mois d'août va encore se dégrader, avec une augmentation des fermetures institutionnelles de lits et une diminution de la disponibilité de l’offre soignante libérale liée aux congés ».

De quoi donner des sueurs froides à l’urgentiste-ministre.


*SUdF : SAMU Urgences de France
**AMUF : Association des médecins urgentistes de France

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Flagrant délire : Pinocchio vs Mission Impossible

    Le 12 août 2022

    Une nouvelle version de Pinocchio devrait sortir dans les salles en Septembre.
    L’urgentiste-ministre ou plutôt Ministre ex-urgentiste est pris en flagrant délit de mensonge
    Le focus appuyé sur l'urgentisme occulte l'amont, l'aval, et surtout le fond : "passer l'été" puis l'automne et l'hiver etc.
    Il fallait ne pas être confronté à la réalité, face à chez soi, pour croire une seconde Mr Braun : la confiance comme la défiance se méritent à nouveau.
    L'aveu émerge de la contradiction, policée mais factuelle, apportée par le syndicat qu'il dirigeait il y a encore quelques semaines : cruel mais prévisible. Le saucissonnage de la vérité suivra avec ses nuances de gris sur Fermé, Ouvert, semi, filtré, sur les semaines X ou Y.
    La maitrise de la langue de bois et de la sémantique est le reflet d'une formation accélérée ou d'une aptitude entretenue par les pratiques personnelles antérieures. L'intitulé "sélection" doit remplacer "tri". L'intitulé "mode dégradé" est lui aussi banni alors qu'il désigne la triste réalité. On parlera de pragmatisme sanitaire.
    L'entonnoir estival des centres d'appel d'urgence était prévisible et prévu : plus de demande, moins d'offre malgré formations accélérées et délégations de taches. La première doit maintenant s'adapter à la seconde. Quoi qu'il en coûte ? Le coût patient ne sera jamais évalué.
    La tache confiée à Mr Braun n'est pas enviable : il fallait du courage et/ou de l'ambition pour y postuler ou l'accepter. Apporter des solutions à une problématique structurelle puis conjoncturelle (Covid - "MonkeyPox" ... Polio ?) est une Mission Impossible enlisée dans des habitus générationnels et corporatistes. La question du "temps de travail", des heures et des demi-journées est une des cerises sur un gâteau oublié depuis 20 ans. On le redécouvre, à juste titre, au mauvais moment.
    Des décisions courageuses ("suppression de l'intérim médical", "liberté d'installation") restent dans les tiroirs : impopulaires parmi les professionnels concernés.
    Restera à voir si la nouvelle casquette est d'emblée trop grande ou deviendra trop petite.
    Notons que les ex Ministres - ex cardiologue , chirurgien, immunologiste, neurologue n'ont pas été pressés de retrouver ce qui était censé être leur cœur de métier.

    Dr Jean-Paul Bonnet, PH - 62ans

  • Comme Molière...

    Le 12 août 2022

    Que vouliez-vous qu'il fit ? ... qu'il mourût... certainement pas, qu'il mentît, c'est le rôle du ministre, la situation catastrophique des Hôpitaux ne risque pas de s'améliorer "spontanément" ni en août... ni après si le ministre ne fait rien!

    Dr Astrid Wilk

  • Paris vaut bien une messe...

    Le 13 août 2022

    Et pour certains, renoncer à leur honneur pour un maroquin ne semble pas un grand sacrifice...

    Dr J Sartre

  • Encore un nouveau Ministre qui nie les évidences

    Le 14 août 2022

    Pourquoi le poste de Ministre influence-t-il autant la parole au point de nier les évidences ? Pris la main dans le sac sur les urgences qu'il connait pourtant bien. Il avait déjà montré cette tendance quand, il y a quelques semaines, il avait montré sa méconnaissance totale des métiers et des formations en affirmant que les IADEs n'avaient pas de formation en physiologie, physiopathologie, pharmacologie à la hauteur des IPA, alors que le programme d'étude en contient plus... C'est grave...

    M. Pascal Rod, IADE

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.