La colère monte dans le monde contre les mesures sanitaires

New York, le lundi 12 octobre 2020 – A New York, Jérusalem ou Rome, les manifestations contre les mesures sanitaires, souvent menées par des extrémistes religieux, se multiplient.

Ce dimanche soir, la police new-yorkaise a arrêté Harry Tischler, l’un des leaders de la communauté juive orthodoxe de la ville. Son tort : avoir incité les membres de la communauté à violer les nouvelles mesures de restrictions sanitaires. Mardi dernier en effet, les autorités new-yorkaises ont décidé de placer en confinement partiel certains quartiers de Brooklyn afin de lutter contre une hausse des contaminations par le coronavirus. Outre la fermeture des écoles et des commerces non-essentiels, une mesure a mis le feu aux poudres : l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, y compris dans les synagogues.

Les juifs new-yorkais entrent en désobéissance civile

Une décision qui a provoqué la colère des nombreux juifs hassidiques qui vivent en quasi autarcie dans Brooklyn. Depuis ce mardi, ils sont plusieurs milliers d’hommes en noirs à se rassembler tous les soirs pour protester contre ces mesures qu’ils jugent excessives et discriminatoires. Beaucoup arborent des signes de ralliement au président Donald Trump, qui réalise de très bons scores d'intention de vote dans cette communauté. Les rassemblements ont pris un tour violent mercredi dernier, quand les manifestants ont brulé des masques en pleine rue et ont passé à tabac un journaliste.

Ce dimanche, le gouverneur de New York Andrew Cuomo a appelé les juifs new-yorkais au calme en citant des passages de la Torah exprimant la prééminence de la vie humaine et autorisant les juifs à ne pas se rendre à la synagogue pour raisons de santé. Mais bien qu’un juge ait validé ce vendredi les nouvelles mesures de restrictions sanitaires, les juifs orthodoxes continent d’affirmer qu’ils ne les respecteront pas.

Manifestations en Israël et en Italie

En Israël également, les ultra-orthodoxes ont pris la tête du mouvement de protestation. Alors que le pays est censé être en confinement depuis un mois, ils étaient des dizaines de milliers dans tout le pays ce week-end à braver l’interdiction générale de manifester pour exprimer leur refus du re-confinement.

Outre les juifs hassidiques qui revendiquent la défense de leur mode de vie, nombreux sont également les laïques et notamment les commerçants qui sont venus manifester et dénoncer des mesures qui risquent de les ruiner. Le re-confinement est entrain de devenir une véritable épine dans le pied du gouvernement Netanyahu qui chute dans les sondages par rapport au parti d’extrême-droite anti confinement Yamina.

A Rome, pas de rabbins en vue, mais ils étaient tout de même prêts de 2 000 à être venus manifester ce samedi en raison de la décision récente du gouvernement italien de rendre le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics et de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 janvier. Deux manifestations ont émaillé les rues de la Ville éternelle : l’une « apolitique » mené par des antivaccins, l’autre, forcément plus inquiétante, organisée par le mouvement fasciste Forza Nuova.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Le meilleur des vaccins: la colère ! Fallait oser y penser

    Le 12 octobre 2020

    Que les "colères" qui surgissent ici et là , fomentées par des extrémistes religieux de quelque obédience que ce soit puissent paraître amusantes tant elles pourraient sembler constituer un "défi" lancé aux différents Dieux qui les animent, une façon de réclamer enfin le "jugement de Dieu", le combat singulier entre Dieu et le virus, ce qui est dangereusement incertain, Dieu (dont rappelons-le, les desseins sont obscurs et impénétrables) rechignant peut-être à choisir entre deux de ses "créatures" et le résultat pouvant être une cinglante contre-performance et, conséquemment, une fonte des cohortes de croyants, en partie par mort directe (virus), d'autre part parce que la foi est soluble dans la déception et "malheur aux perdants", comme le dit souvent le Pr. TRUMP, illustration vivante des risques courus à faire le "kako" sans masque.

    Mais peut-être me fourvois-je. Peut-être, comme Bolsonaro, ont-ils opté pour la thèse selon laquelle une mâle colère pouvait tenir lieu de vaccin? Auquel cas je pense irrésistiblement à Prévert:"Un certain Blaise Pascal, etc...etc..."

    H.Tilly

Réagir à cet article