Michèle Rivasi, la rougeole et la drôle de censure de Mediapart (conte philosophique)

Paris, le samedi 23 mars 2019 – Imaginez que les réprobations exprimées par certaines personnalités politiques et médiatiques face à la présence en deuxième place sur la liste EELV (Europe Ecologie Les Verts) aux élections européennes de Michèle Rivasi (député européen), épinglée pour ses positions hostiles à la vaccination, vous aient donné envie de savoir ce qu’en avait déjà dit le JIM. Imaginez que vous consultiez alors un article écrit en 2017 dans ces colonnes, intitulé Michèle Rivasi, reine de l’alterscience, évoquant la conférence qu’avait tenté d’organiser (avant finalement d’y renoncer) le député européen sur la vaccination avec en vedette le film et la présence d’André Wakefield, médecin britannique radié pour avoir publié une étude faussée, prétendant démontrer le lien entre autisme et vaccination contre la rougeole. Imaginez, votre curiosité ayant été aiguisée par cette mise en bouche, que vous souhaitiez alors lire l’article du blogueur Yann Kindo largement cité par le JIM et qui avait longuement analysé cette affaire et au-delà le cas Rivasi. Vous cliqueriez sur le lien et vous trouveriez alors ce message : « Ce billet a été dépublié par la rédaction de Mediapart car il ne respecte pas la Charte de la participation ».

Qu’est-ce que réputation veut dire ?

Cette dépublication n’est pas intervenue au moment où Yann Kindo, sur son blog hébergé par Mediapart, revenait longuement sur les errances pseudoscientifiques (au sujet de la vaccination mais aussi du nucléaire ou encore des OGM) de Michèle Rivasi. Ce retrait n’a été effectif que très récemment. Yann Kindo qui a déjà connu des déboires similaires avec le journal en ligne (à propos d’un article ayant choisi de ne pas participer à l’hagiographie habituelle concernant Pierre Rabhi) a interrogé les modérateurs de Mediapart sur les raisons de cette censure. La réponse que Yann Kindo a tenté de publier sur son blog hébergé par Mediapart avant d’être très rapidement (en moins de quinze minutes dit-il) dépublié ne manque pas d’interroger. Comme Yan Kindo le révèle dans un post publié sur le blog La Hutte des classes de Christophe Darmangeat (spécialiste d’anthropologie sociale et de la préhistoire), Mediapart déplore que le blogueur n’ait pas respecté l’engagement de ne pas « nuire à la réputation de quelqu’un ». Sur cette appréciation d’ordre général, Yann Kindo ne manque pas d’ironiser : « Si Mediapart se met à supprimer tous les articles qui d’une manière ou d’une autre "nuisent à la réputation" de quelqu’un, il va pouvoir fermer son Club dans l’heure (puis son journal tout court, parce que faire du journalisme d’investigation qui ne nuise pas à la réputation de, ça va être funky) » note-t-il, après avoir revendiqué vouloir ouvertement « nuire à la réputation  de personnalités telles que Rabhi, Rivasi ou Bosé « entre autres parce que leur réputation est complètement usurpée ».

Exemples surréalistes

Concernant le cas spécifique du billet incriminé, Mediapart a signalé à Yann Kindo plusieurs passages de son texte qui selon le modérateur relèverait de « l’injure » et de la « désinformation ». Mediapart évoque ainsi l’assimilation de Michèle Rivasi par Yann Kindo à un « danger public ». Le blogueur ne peut que s’étonner : « Ainsi, donc, dans la France de 2019, on ne pourrait plus discuter les opinions d’une personne et dire que celles-ci font d’elle un "danger public". Tel cureton refuse l’utilisation du préservatif dans la lutte contre le SIDA ? Mediapart ne veut pas qu’on le qualifie de "danger public", ça nuirait à sa réputation. Je remarque quand même que Mediapart est peu soucieux de la réputation du gouvernement qu’il ne craint pas de laisser diffamer, puisqu’il conserve un billet qui dans son titre le qualifie globalement de "danger public"». Un autre passage souligné par le médiateur est un début de phrase qui indique que Michèle Rivasi agit « du haut de son agrégation de biologie ». Une fois encore, Yann Kindo confirme son intention ironique et observe : « Le deuxième argument des censeurs est le plus surréaliste puisque, par quelque bout qu’on le prenne, il me reproche littéralement d’avoir rappelé que Rivasi était agrégée de biologie ! Là, je ne sais pas bien si on m’accuse de faire de la désinformation ou de la diffamation. Peut-être que le censeur de Mediapart est comme moi et qu’il a du mal à croire que Rivasi soit vraiment agrégée de Sciences Nat, mais pourtant c’est vrai (…). Ou alors le censeur pense-il que cette information est vraie mais diffamatoire, parce que ce serait injurieux de qualifier quelqu’un d’agrégé (dans ce cas, je ferais du coup preuve de cette fameuse "haine de soi" qu’on nous sort à toutes les sauces). Quoi qu’il en soit, si c’est tout ce qu’ils ont trouvé à redire dans cet article pourtant copieux, ce passage ridicule sur l’agrégation illustre parfaitement qu’il s’agit là d’un choix de censure politique et non d’un quelconque caractère diffamatoire de mon papier » constate le blogueur. Enfin, le dernier passage signalé par le médiateur n’est guère plus probant quant à la violation de la fameuse charte puisqu’il vise le rappel par Yann Kindo de la fondation par Michèle Rivasi du Crrirad principal « lobby anti-nucléaire en France, qui a largement contribué à diffuser la légende urbaine selon laquelle les autorités de l’époque auraient menti à propos du passage nucléaire de Tchernobyl sur l’Hexagone ». Concernant ce « dernier extrait mis en avant, je me retrouve tout aussi dépourvu » écrit Yann Kindo qui poursuit « Qu’est ce qui serait faux ou diffamatoire dans mon texte ? La Criirad ne serait pas un "lobby"? Elle ne serait pas "antinucléaire"? Elle n’aurait jamais reproché aux autorités françaises d’avoir menti à propos du passage du nuage de Tchernobyl sur la France ? Ce reproche ne serait-il pas infondé, comme je l’explique en détails dans cet article, qui est un travail d’historien dans les archives du Figaro (…) Elle est où la désinformation ? Elle est où la diffamation ? » conclut-il.

Antispécisme radical

Face à cette affaire singulière, tristement révélatrice des rapports mortifères entre médias et politique et/ou des tentatives d’intimidation sur une presse que l’on a connu face à d’autres plus hardie, on pourra remarquer quelques bizarreries supplémentaires. D’abord, il existe sur les blogs de Mediapart d’autres articles assez hostiles à Michèle Rivasi qui n’ont pas de la même manière connu la censure. Un post de Stéphane Lavignotte en 2016 se montre ainsi très défavorable à Michèle Rivasi à laquelle il reproche ses positions xénophobes. Cette absence de dépublication (alors que le texte pourrait être considéré comme nuisant au moins autant à la réputation de Michèle Rivasi que celui de Yann Kindo) est peut-être liée au fait qu’il n’évoquait pas la question de la vaccination, point sur lequel le député européen est aujourd’hui mis en difficulté (et au fait qu’il apparaît peut-être moins grave à Mediapart de censurer des accusations d’antiscience que des accusations de racisme, ce qui cependant dans les deux cas concerne l’établissement de la vérité que l’on croyait pourtant la raison d’être du journal). Pourtant, sur ce thème des vaccins, un autre texte de Yann Kindo bien plus virulent est pour sa part toujours en ligne. Il s’agit d’une lettre où le blogueur s’est mis dans la peau de la rougeole écrivant à Michèle Rivasi pour la remercier de ce qu’elle a fait pour contribuer à sa résurgence. On y trouve des passages savoureux : « Je sais qu’en tant qu’écologiste vous avez l’ambition de protéger les espèces en voie de disparition et de favoriser la biodiversité, mais je dois avouer qu’a priori je ne m’attendais pas à ce que vous m’incluiez dans ce noble souci, qui vous conduit donc à protéger même la biodiversité des maladies contagieuses comme moi (…) vous savez aller jusqu’au bout de votre souci de préservation de la biodiversité, quitte à sacrifier au passage quelques représentants de votre propre espèce. Cet antispécisme très radical, qui va bien au-delà ce que proposent ceux qui se revendiquent de cette idéologie, vous honore » écrit par exemple le blogueur. Dans un autre passage où il rappelle que dans d’autres pays l’anti vaccination peut aller jusqu’à l’assassinat, la rougeole continuant à s’adresser à Michèle Rivasi note : « Dans les pays comme le vôtre (…), il faut savoir être plus subtile qu’un Taliban, et vous le faites à merveille. J’en parlais encore récemment avec l’Hépatite B, et on se disait que nous admirions tout particulièrement la manière dont vous travaillez pour nous tout en prétendant ne pas être opposée à la vaccination, tout comme le fait votre confrère Henri Joyeux ». Sauf à croire que le médiateur de Mediapart n’ait pas perçu l’immense ironie d’un tel texte, on pourra s’étonner d’une censure à géométrie très variable !

Liberté dévoyée

Cette lettre de la rougeole à Michèle Rivasi s’achève par une évocation des positions similaires sur la vaccination soutenues par certains militants de gauche (dont Michèle Rivasi) et par des partisans de la droite la plus extrême. Cette convergence a plusieurs fois interrogé Yann Kindo (qui indique volontiers que son ambition est de traiter des « relations entre sciences et politique d’un point de vue qui est à la fois marxiste et rationaliste »). En décembre 2018, prenant pour prétexte la mort de Bre Payton, chroniqueuse très conservatrice de Fow News, terrassée par la grippe et qui s’était par ailleurs déclarée hostile aux vaccins, Yann Kindo remarquait : « Via le complotisme, charrié par l’écologie politique, l’idéologie antivaccinale a contaminé des milieux sociaux et intellectuels qui normalement sont à l’opposé de ce qu’incarnait Bre Payton. Je crois qu’il y a encore 20 ans, parmi les militants "alter", la dénonciation de la vaccination était la ligne jaune à ne pas franchir quand on mettait en garde contre le pouvoir des laboratoires pharmaceutiques et les dangers qu’ils font éventuellement courir à la société. Mais aujourd’hui, sur ce terrain comme sur bien d’autres, les repères sont de plus en plus brouillés, et quelqu’un qui dans une salle des profs – pour parler du milieu que je connais le mieux – ferait un speech antivaccinal sur le mode "on nous ment, on nous manipule" ne passe plus forcément pour le dingo dangereux qu’il est et peut au contraire faire figure de penseur critique et averti à qui on ne la fait pas. Sur ce terrain comme sur bien d’autres, la boussole de beaucoup s’est déréglée et la frontière de leur rationalité a dangereusement reculé » remarque-t-il. Après avoir rappelé le progrès technique et social que représente la vaccination et déploré le « déficit de rationalité scientifique qui obscurcit les enjeux sur des questions de développement durable ou de santé », Yann Kindo revient plus longuement sur le « fond individualiste qui accompagne le rejet » de la vaccination, fond individualiste qui crée un lien pourtant a priori peu probable entre les "alters" qui se présentent comme progressistes et les plus conservateurs. « Car enfin, leur rejet de la vaccination et leur défense du "libre choix" en la matière  est une position profondément individualiste et antisociale (…). Qu’ils soient supposément de gauche ou franchement très à droite, ces gens pensent qu’ils ont le droit, en fonction de leurs croyances personnelles, de mettre leurs gosses – parce que ceux-ci sont leur propriété, il faut croire – en dehors de la norme commune en matière d’éducation et de santé. Hé bien, ils ont tort, et ce "droit de choisir" pour autrui ne devrait pas exister » juge de manière catégorique le blogueur.

Une autre convergence gauche/droite

C’est de manière tout aussi catégorique que revenant également entre autres sur le cas de Michèle Rivasi, le docteur Laurent Alexandre se montre sans nuance dans une tribune qui vient d’être publiée dans l’Express pour déclarer que les « antivaccins sont des criminels ». « Des organisations sectaires antivaccins diffusent des informations délirantes et des fantasmes complotistes qui perturbent gravement les politiques de vaccination » écrit Laurent Alexandre avant de conclure : « Si les parents de 1954, qui imploraient que la polio ne tue pas leur enfant ou ne le conduise à l'horrible poumon d'acier, voyaient les antivaccins de 2019, ils seraient consternés par tant de bêtise. Michèle Rivasi devrait rencontrer Paul Alexander qui est reclus dans son poumon d'acier depuis soixante-quatre ans ». Gageons que pas plus que le JIM ne dépubliera cet article, l’Express ne censurera la tribune de Laurent Alexandre. On peut en outre remarquer que de la même manière qu’il existe une étrange et regrettable convergence des extrêmes gauches et droites sur certaines thématiques pseudoscientifiques, on retrouve luttant pour la défense des vaccins et de la rationalité scientifique des personnalités qui se distinguent pourtant frontalement en ce qui concerne leurs idées politiques.

Lien vers l’article de Yann Kindo dépublié par Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/290117/michele-rivasi-en-croisade-contre-la-science-et-la-sante-publique
L’article censuré ici reproduit : https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache%3A5ZhtEGmLdNgJ%3Ahttps%3A%2F%2Fblogs.mediapart.fr%2Fyann-kindo%2Fblog%2F290117%2Fmichele-rivasi-en-croisade-contre-la-science-et-la-sante-publique+&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-b-d&fbclid=IwAR2Hy8Jkns8gzCiaJsOX5HQUyBoTkVQK9erTRSBdQjji76GPOJJKe4wPH5o
L’article d’explication de Yann Kindo sur la censure dont il a été l’objet : https://cdarmangeat.blogspot.com/2019/03/chez-mediapart-la-censure-nest-pas-en.html
La lettre de la rougeole à Michèle Rivasi : https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/180318/lettre-ouverte-de-la-rougeole-michele-rivasi
Le texte de Yann Kindo sur les convergences entre les alters et l’extrême droite sur les vaccins : https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/311218/la-vaccination-fox-news-et-le-militant-anti-ogm
La tribune de Laurent Alexandre : https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/les-antivaccins-sont-criminels_2066595.html

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (18)

  • La censure vue par Mediapart

    Le 23 mars 2019

    Ca ne fait que confirmer mon opinion de Mediapart.


    Dr GA

  • "C'est celui qui le dit qui l'est."

    Le 23 mars 2019

    Voici ce que Michèle RIVASI écrit sur son blog et je suis entièrement d'accord avec elle :
    -----------------------------------------------------
    Mon combat est un combat contre les lobbies.
    Je l’affirme donc haut et fort : je suis pour la vaccination ; pour la protection de la santé. C’est pour cette raison que je réclame depuis des années, et en ai parlé directement avec la Ministre de la Santé, des études indépendantes sur les adjuvants (aluminiques notamment) utilisés dans les vaccins, sur l’effet cocktail des 11 vaccins sur les nourrissons de moins de 18 mois, et une amélioration de la pharmacovigilance concernant les produits de santé. Ces réponses doivent être portées à la connaissance du public.

    Nous avons réussi à obtenir la transparence et la traçabilité sur les aliments, mais c’est toujours impossible avec les produits de santé. On nous oppose le secret des affaires.

    Alors que la défiance de nos concitoyens envers les vaccins (suite aux divers scandales sanitaires et à la multiplication des conflits d’intérêts) s’accentue, il me semble pourtant que débattre de la politique vaccinale en France est nécessaire pour restaurer la confiance et protéger nos concitoyens.

    Il faut exiger la transparence dans les prises de décisions et s’assurer que les décisions prises, notamment en ce qui concerne la loi sur l’obligation vaccinale, n’ait pas été prise ou suggérée sous l’influence du lobbie pharmaceutique. Il faut mettre fin aux conflits d’intérêts et aux portes tournantes entre les élus et les dirigeants et experts d’agences sanitaires et les laboratoires pharmaceutiques.

    Chacun doit comprendre que l’opacité crée le doute.
    Chacun doit se convaincre que qui veut rétablir la confiance demande la clarté.
    Nul ne pourra désormais prétendre ignorer ma position : les vaccins oui, les lobbies non.
    Michèle Rivasi
    -------------------------------------------------------------------
    Je ne vois absolument pas en quoi on peut qualifier Michèle Rivasi d'anti-vaccins.
    Je dirais même au contraire qu'elle demande exactement ce qu'il faut pour restaurer la confiance et donc améliorer la couverture vaccinale : des expérimentations indépendantes!

    Ceux qui l'amalgament délibérément avec les anti-vaccins sont des gens pressés de mettre leurs produits sur le marché sans prendre le temps de vérifier leur inocuité.
    Et ceux là sont coupables de mensonge, de prendre des risques inconnus avec la santé d'autrui et finalement de nuire à la couverture vaccinale en suscitant une juste méfiance.

    Dr Joël Delannoy

  • Vaccination

    Le 23 mars 2019

    Mediapart ?
    Une bande de guignols qui se revendiquent chevaliers de la vérité mais, l'idéologie aidant, ne sont en réalité que des journaleux provocateurs !

    Alain Cros

Voir toutes les réactions (18)

Réagir à cet article