SARS-CoV-2 : quelle place pour les tests sérologiques à l’été 2021 ?

Paris, le vendredi 25 juin – Les tests sérologiques pour le SARS-CoV-2 restent relativement peu utilisés en France.

Dans ce contexte, la Haute autorité de santé revoit ses recommandations et redéfinit les indications de la sérologie lors du diagnostic, en contexte de dépistage pré-vaccinal et en contexte post-vaccinal pour les personnes immunodéprimées.

Notons, en préambule, que la HAS amalgame méthode automatisable, test diagnostique rapide (TDR) et test rapide d’orientation diagnostique (TROD). Elle ne semble ainsi pas faire sienne les réticences de certains biologistes concernant les TROD.

Cinq indications pour les tests sérologiques

Quoiqu’il en soit, la HAS estime qu’une sérologie est indiquée dans cinq situations : 

  1. pour le diagnostic initial de patients symptomatiques graves hospitalisés en cas de tableau clinique ou scanographique évocateur d’infection par le SARS-CoV-2 et de test RT-PCR négatif ;
  2. pour le diagnostic de rattrapage de patients symptomatiques graves hospitalisés mais n’ayant pas pu faire l’objet d’un test RT-PCR avant sept jours ;
  3. pour le diagnostic initial de patients symptomatiques sans signe de gravité suivis en ville en cas de tableau clinique évocateur d’infection par le SARS-CoV-2 et de test RT-PCR négatif ;
  4. pour le diagnostic de rattrapage de patients présentant des symptômes évocateurs d’une infection par le SARS-CoV-2 (y compris des symptômes prolongés de Covid-19) sans signe de gravité pour lesquels un diagnostic biologique initial n’a pas été établi ;
  5. lors du premier rendez-vous vaccinal aux personnes immunocompétentes, sans facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie et sans antécédent connu ou confirmé d’infection au SARS-CoV-2 afin de déterminer le meilleur schéma vaccinal.

La HAS rappelle que ces tests sérologiques peuvent être réalisés « à partir du 7ème jour qui suit l’apparition des symptômes pour les patients symptomatiques graves hospitalisés et à partir du 14ème jour qui suit l’apparition des symptômes pour les patients symptomatiques sans signe de gravité ».

Patients immunodéprimés : pas de sérologie pour éviter la troisième dose !

Utiliser une sérologie post-vaccinale pour décider de la pertinence d’une troisième dose chez les patients immunodéprimés ? L’idée peut paraître séduisante, mais n’emporte pas l’adhésion des experts de la HAS. 

La HAS considère en effet « que les conclusions qu’on peut tirer d’une sérologie post-vaccinale chez les immunodéprimés sont aujourd’hui très incertaines. Un test positif pourrait notamment s’avérer faussement rassurant sur la protection effective (…) il n’est pas aujourd’hui possible de définir une valeur-seuil de taux d’anticorps permettant d’assurer une protection. De plus, ces corrélats de protection pourraient reposer sur le taux d’anticorps neutralisants, anticorps qui ne peuvent être quantifiés par une sérologie simple (même si dirigée contre le domaine RBD de la protéine virale Spike). Enfin, la réponse humorale n’est pas la seule à entrer en jeu, la réponse immune cellulaire étant également déterminante dans la réponse aux vaccins contre la Covid-19 ».

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • HAS et indications des tests sérologiques

    Le 26 juin 2021

    Cinq indications sont données ; il en manque une
    la cinquième indique "lors du premier rendez-vous vaccinal aux personnes immunocompétentes, sans facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie et sans antécédent connu ou confirmé d’infection au SARS-CoV-2 afin de déterminer le meilleur schéma vaccinal." Cela laisse supposer qu'une grande majorité de sujets seraient systématiquement vaccinés.
    Il y a une indication qui manque et qui pourtant est suivie aujourd'hui, celle d'une personne suspecte d'avoir eu la covid 19 avec en cas de résultat sérologique + l'indication d'une seule dose sans rappel.

    Pr Dominique Baudon

Réagir à cet article