Situation guyanaise : un présage pour la métropole ?

Cayenne, le lundi 22 juin 2020 – Alors que tous les indicateurs semblent au vert en France*, l’évolution épidémique dans certains départements préoccupe les autorités sanitaires. 

Guyane : un re-confinement possible

Selon les derniers chiffres disponibles, l’épidémie progresse en Guyane avec 278 cas supplémentaires en 24 heures, pour s’établir à 2 441 cas positifs dont 97 hospitalisés et 14 en réanimation. Au total, le département a enregistré six décès de Covid-19 depuis le début de l'épidémie (pour une population de 268 000 habitants).

Plus en détail, en semaine 24, les indicateurs « témoignent d’une intensification de la circulation du SARS-COV-2 » note Santé publique France. Le taux d’incidence continue de progresser (88/100 000 habitants en S24 vs 28/100 000 h en S23) ainsi que le taux de positivité des patients testés (21,6% en S24 vs 19,4% en S23), le taux d’hospitalisation (31,7/100 000 h en S24 vs 19,6/100 000 h en S23) et le taux d’hospitalisation en réanimation (3,1/100 000 h en S24 vs 1,0/100 000h en S23)**.

Après avoir annoncé le report des élections municipales, le passage en stade 3 de l’épidémie en Guyane le 15 juin dernier et proposé au Parlement la prolongation de l’état d’urgence sanitaire sur ce territoire, le Gouvernement a précisé ses réponses à la situation Guyanaise à la suite du conseil de défense du 19 juin.

En premier lieu, le Gouvernement « poursuit le renforcement des capacités de soins dans les centres hospitaliers de Guyane avec l’appui des professionnels de santé de la réserve nationale ».

Ainsi, dès aujourd’hui, 17 soignants supplémentaires de la réserve sanitaire nationale arrivent en Guyane pour soutenir les équipes actuelles de réanimation dans les centres hospitaliers, en outre, d’autres équipes soignantes, en particulier de l’AP-HP, vont être projetées à partir de cette semaine.

Dans la semaine une unité de l’hôpital de campagne de la sécurité civile de 20 lits de médecine générale sera déployée en Guyane pour accueillir des patients non Covid et permettre ainsi de dégager des capacités hospitalières supplémentaires pour les patients Covid.

La stratégie d’évacuation sanitaire, en priorité vers les Antilles et pouvant être étendue vers l’Hexagone en cas de nécessité, sera poursuivie, en particulier avec le concours de l’armée de l’air.

Pour réduire le rythme de propagation du virus, le préfet pourra prendre des mesures de confinement ciblées et le couvre-feu pourra être étendu.

Ainsi, le préfet de Guyane, Marc Del Grande, a renforcé dimanche le couvre-feu dans la ville de Kourou et l’a étendu de 19h (au lieu de 21h) à 5h en semaine, et le week-end du samedi 15 h (au lieu de 19h) au lundi 5h.

Les actions d’information et de distribution de masques pour la population générale vont également se poursuivre avec 800 000 masques tissus et 600 000 masques chirurgicaux qui vont être livrés pour les personnes vulnérables et les services de l’État.

« Si le taux de reproduction demeure dans les jours à venir à un niveau élevé et que les signes d’une accélération de la circulation du virus se maintiennent, l’hypothèse d’un reconfinement de la Guyane devra être réexaminée » prévient le gouvernement.

Remonté du R dans certaines régions métropolitaines

Le nombre de reproduction R effectif national est en moyenne de 0,93 au 12 juin en très légère hausse depuis le 1er juin (sa valeur était alors estimée à 0,88).

Si le nombre de reproduction R effectif est inférieur à 1 dans la majorité des régions, il est en hausse et supérieur à 1 dans trois régions métropolitaines : en Auvergne-Rhône-Alpes (1,02), en Normandie (1,14) et en Occitanie (1,51).  En outre-mer, le R est également supérieur à 1 en Martinique (1,57) et en Guyane (2,59).

Figure 1

Une très légère hausse du R qui intervient dans un contexte, de relâchement des gestes barrières (voir figure 2) constaté par la sixième vague de l’enquête Coviprev.

Figure 2

Quoi qu’il en soit, la situation guyanaise et la riposte gouvernementale interrogent. Ainsi, le Pr Delfraissy, il y a peine quatre jours promettait qu’un re-confinement était inenvisageable. La réaction de Matignon au rebond Guyanais laisse donc présager ce qui pourrait se passer en métropole en cas d’une « seconde vague » qui n’est plus à exclure, y compris pour les plus sceptiques, comme le Pr Didier Raoult.

*selon les dernières données communiquées par le ministère de la santé, 9 970 personnes sont hospitalisées pour une infection Covid-19 dont 116 admises en 24 heures. En réanimation on dénombre 727 malades atteints d’une forme sévère dont 10 admis en 24 heures. Le solde reste négatif en réanimation, avec 25 malades de Covid-19 en moins par rapport à hier. Depuis le début de l’épidémie, 29 617 personnes sont décédées (+ 7).
**En revanche, dans l’Océan Indien, à Mayotte, l’ensemble des indicateurs sont à la baisse mais reste encore à un niveau élevé comme en témoignent le taux d’incidence des cas de Covid-19 (48/100 000 habitants en S24 vs 80/100 000 h en S23), le taux de positivité des prélèvements (20,2% en S24 vs 24,8% en S23) ainsi que le taux d’hospitalisation (10,7/100 000 habitants en S24 vs 12,2/100 000 h en S23).


F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • 2 mois de retard sur la métropole

    Le 22 juin 2020

    Ce n'est pas un rebond en Guyane, nous avons simplement 2 mois de retard / Métropole !
    Nous avons été inutilement confinés quand nous n'avions pas de cas et déconfinés alors que l'épidémie commençait ....D'où l'explosion actuelle.

    Pierre Grac-Aubert (pharmacien)

  • Nous sommes toujours en pleine épidémie

    Le 22 juin 2020

    Le terme de 2 ème vague possible n'est pas justifié. Ce terme convient quand l'épidémie est terminée et que ça repart. Actuellement nous sommes toujours en pleine épidémie; le confinement l'a ralentie permettant de répartir les patients dans les services de réanimation des régions encore partiellement épargnées avec une diminution importante de la mortalité. Donc avec les gestes barrières, le port du masque, les dépistages, il est possible de contrôler cette épidémie, sans forcément repasser par le confinement, sauf de façon localisée. Mais la lutte contre le développement de cette épidémie est loin d'être achevée, et c'est le message qu'il faut absolument faire passer auprès de toute la population. Sinon elle continuera de plus belle.

    Dr Alain Siary

  • Abberrations bureaucratiques

    Le 24 juin 2020

    Les decisions "globales" sans adaptations locales sont caractéristiques de la conception jacobine des bureaucrates centralisateurs qui "dirigent" la France depuis trop longtemps.

    C'est valable dans tous les domaines, mais quand il s'agit de santé, ça devient hurlant. Des imbéciles dans leurs bureaux climatisés parisiens ont décidé que la Guyane deconfinerait en même temps que l'Auvergne parce que "c'est la France aussi", alors que la pandémie explose sur le continent sud-américain, en particulier au Bresil voisin de la Guyane. Mais au fait, c'est pas une île la Guyane, comme les autres Antilles ?

    Dr Pierre Baque

Réagir à cet article