Baisse d’efficacité vaccinale, le temps plus que le variant

Au moment où le variant delta devenait prépondérant partout dans le monde, les données de surveillance signalaient une réduction de l’efficacité du vaccin à ARNm BNT162b2 de Pfizer et des autres vaccins anti-Covid-19. L’émergence du variant n’était peut-être pas la cause principale de ce déclin de l’efficacité des vaccins. Dans certains pays, il coïncidait aussi avec le moment où les personnes à haut risque atteignaient un délai de 6 mois depuis leur seconde dose de vaccin. C’est le cas en Israël, au Qatar ou aux USA.

Dans ce contexte de forte prévalence du variant delta, les études n’ont pas réellement déterminé ce qui, dans la réduction d’efficacité, était de la responsabilité du variant lui-même ou de celle d’un déclin de l’immunité. Cette distinction est pourtant essentielle pour établir la nécessité d’un rappel et déterminer si des changements de composition antigénique des futurs vaccins sont souhaitables.

Une étude publiée dans le Lancet évalue l’efficacité du vaccin à ARNm de Pfizer sur le risque d’infection et d’hospitalisation, selon le délai écoulé depuis la vaccination. Il s’agit d’une étude rétrospective de cohorte, menée aux États-Unis entre décembre 2020 et août 2021 et portant sur 3,4 millions d’individus, de 45 ans d’âge médian. Cette étude montre, que dans un délai moyen de 3 à 4 mois après la 2ème dose, l’efficacité vaccinale est de 73 % contre le risque d’infection par le SARS-CoV-2 et de 90 % contre celui d’hospitalisation.

Déclin de l’efficacité au fil des premiers mois après la deuxième dose mais pas vraiment plus marquée pour les infections au variant delta

L’efficacité face au risque d’infection décline au fil des 6 premiers mois suivant la 2ème dose, passant de 88 % au cours du 1er mois à 47 % après 5 mois. L’analyse selon le variant en cause montre que l’efficacité contre l’infection par le variant delta, élevée au cours du premier mois suivant la 2ème dose (93 %), décline ensuite (53 % après 5 mois). Contre les autres variants, l’efficacité après le 1er mois est de 97 % et de 67 % à 4-5 mois.

L’efficacité contre le risque d’hospitalisation pour une infection par le variant delta reste élevée (93 %) tout au long de cette étude, identique à celle contre les autres variants. Toutefois, de récentes données venues d’Israël montrent, en août 2021, une légère réduction d’efficacité quant au risque d’hospitalisation, chez les personnes de plus de 65 ans, environ 6 mois après la 2ème dose.

Ce déclin de l’efficacité et une augmentation du nombre des infections 6 à 12 mois après la 2ème dose ne sont pas une surprise et étaient annoncés par les études d’immunogénicité. Les données montrent toutefois que le rappel, 6 mois après la 2ème dose, stimule la production d’anticorps à des taux plusieurs fois supérieurs à ceux suivant les deux premières doses, restaurant une bonne efficacité vaccinale, même dans un contexte de variant delta prédominant.

Dr Roseline Peluchon

Référence
Tartof SY et coll.: Effectiveness of mRNA BNT162b2 COVID-19 vaccine up to 6 months in a large integrated health system in the USA: a retrospective cohort study. Lancet, 2021 publication avancée en ligne le 4 octobre. doi.org/10.1016/S0140-6736(21)02183-8

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (7)

  • Financé par Pfizer

    Le 08 octobre 2021

    Pfizer par Pfizer.

    Dr Philippe Hovette

  • Cherchez l'erreur

    Le 08 octobre 2021

    On ne peut à la lecture de cet article que se poser deux questions:

    1/il justifie la 3 *dose donc il est bienvenu dans la justification de la stratégie mise en place...
    2/ il concède que le vaccin est relativement inefficace a partir de 5 mois dans des proportions qui justifieraient à ce moment là la promotion des mesures barrières à un niveau très au dessus de ce qui est en place actuellement ...

    Cherchez l'erreur quand la politique se mêle de la santé.

    Dr Sauveur Merlenghi

  • Pfizer par Pfizer : et alors ?

    Le 08 octobre 2021

    Pfizer pour Pfizer, vie réelle pour vie réelle, à objectif voir finalités identiques, un bon papier : le travail californien analysé.
    Un médiocre, israelien*, hors climat Delta, excluant les primo-infectés, issu du ministère de la santé : Une forme de démonstration par l'hypothêse à nouveau permettant de "valider" rétrospectivement et avec complaisance les choix stratégiques.

    *Haas EJ, McLaughlin JM, Khan F et coll . Infections, hospitalisations, and deaths averted via a nationwide vaccination campaign using the Pfizer-BioNTech BNT162b2 mRNA COVID-19 vaccine in Israel: a retrospective surveillance study. Lancet Infect Dis. 2021 Sep22:S1473-3099(21)00566-1. doi: 10.1016/S1473-3099(21)00566-1

    C'est l'analyse qui permet de faire le tri, plus que les réserves n fois entendues sur la provenance des auteurs et conflits potentiels attenants.

    Qui d'autre que Pfizer évaluera Pfizer ? : Pampers ? Moderna ? Sinopharm ?

    Dr JP Bonnet

Voir toutes les réactions (7)

Réagir à cet article