Covid-19 : près de deux millions de morts en Chine en deux mois

Pékin, le vendredi 25 août 2023 – Selon des chercheurs américains, la fin de la politique zéro-Covid en Chine a provoqué la mort d’1,87 million de personnes en deux mois.

Connaitra-t-on un jour le bilan réel de l’épidémie de Covid-19 en Chine ? Cela semble difficile, tant le parti communiste chinois (PCC) contrôle l’information et fait preuve d’opacité sur la situation épidémique dans le pays et ce depuis l’apparition des tout premiers cas en décembre 2019.

Selon Pékin, durant les deux premières années de pandémie au cours desquelles le gouvernement a appliqué une politique zéro-Covid (dépistage massifs, confinements drastiques, fermeture des frontières…) particulièrement stricte, seulement 5 000 Chinois seraient morts de la maladie. Puis, face aux mécontentements grandissants de la population et à l’impact négatif de la politique zéro-Covid sur l’économie, le gouvernement a levé toutes les restrictions sanitaires du jour au lendemain le 7 décembre dernier, provoquant une forte augmentation des contaminations. Mais selon le PCC, seulement 60 000 personnes sont mortes durant cette grande vague épidémique.

Une étude faite avec les moyens du bord

Des chiffres difficiles à croire tant ils semblent dérisoires face à l’énormité de la population chinoise (1,4 milliard d’habitants). Des chercheurs de l’université de Seattle ont donc voulu en avoir le cœur net et ont tenté de calculer combien de citoyens chinois avaient perdu la vie lorsque le gouvernement a soudainement levé toutes les restrictions sanitaires. Ils ont publié leurs recherches dans le JAMA (Journal of the American Medical Association), ce jeudi.

Pour tenter d’évaluer le nombre de décès durant la grande vague de Covid-19 en Chine, les chercheurs n’ont évidemment pas pu avoir accès aux données réelles, dissimulées par le PCC. Ils ont donc fait avec les moyens du bord. Les chercheurs ont d’abord analysé les données du moteur de recherche Baidu (utilisé par 90 % des internautes chinois soit plus d’un milliard de personnes) et ont découvert une forte hausse des recherches liées à la mort (« funérailles », « crémation », « crématorium », « enterrement ») durant les mois de décembre 2022 et janvier 2023. Ils ont ensuite pu déterminer un lien entre cette hausse des recherches macabres sur internet et l’activité des rubriques nécrologiques publiées par deux universités pékinoises et l’institut de technologie de Harbin dans le nord-est de la Chine.

A partir de ces données, les scientifiques américains sont parvenus à extrapoler la « surmortalité » dans l’ensemble de la Chine. Ils en concluent qu’en décembre 2022 et en janvier 2023, elle s’est élevée à 1,87 million de morts soit 30 fois plus que les 60 000 décès officiels annoncés par le gouvernement chinois. L’ensemble des provinces chinoises (à l’exception du Tibet) ont connu un excès de mortalité d’au moins 70 % sur la période, la province la plus touchée étant celle de Ningxia au centre du pays (excès de mortalité de 279 %). Selon les chercheurs, le pic de l’épidémie serait survenu à Noël 2022, comme les autorités chinoises l’avaient annoncé à l’époque (ce serait donc bien le seul point sur lequel ils n’ont pas menti).

Une hécatombe prévisible

Rapporté à la population française, cela correspond à 90 000 morts en seulement deux mois, soit trois fois plus que lors de la première vague de Covid-19 au printemps 2020, la plus meurtrière dans notre pays. Cette hécatombe rapide et brutale en Chine peut s’expliquer par plusieurs raisons. Tout d’abord, la Chine a été frappée par le variant Omicron, certes moins pathogène que les variants précédents du SARS-Cov-2 mais bien plus contagieux et ce sont probablement des centaines de millions de personnes qui ont été contaminées en même temps.

Ensuite, les deux ans de politique zéro-Covid stricts qui ont précédé cette épidémie ont empêché les Chinois de développer une immunité naturelle contre le virus. Enfin, le gouvernement chinois s’est toujours refusé à importer les vaccins occidentaux à ARNm et a préféré utiliser des vaccins chinois à l’efficacité discutable. Par ailleurs, la couverture vaccinale était relativement faible, puisque seulement les deux tiers des Chinois de plus de 80 ans étaient vaccinés au moment de la levée des restrictions.

Aussi terrible que soit cette estimation, il ne s’agit pas d’une surprise. Au moment où Pékin avait levé subitement les restrictions sanitaires en place, plusieurs épidémiologistes avaient prédit que la mesure causerait entre un et deux millions de morts. La ville de Hong Kong, où une plus grande transparence sur les données sanitaires est de mise, avait connu une situation similaire, en levant toutes les restrictions sanitaires du jour au lendemain en février 2022 alors que la population était faiblement vaccinée : 9 000 personnes étaient mortes en deux mois sur 7 millions d’habitants, soit, rapporté à la population chinoise, 1,8 millions de décès.

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (3)

  • Ne pas perdre la face

    Le 26 août 2023

    La chine connait néanmoins un problème majeur de vieillissement de sa population et ce ne sont pas ces victimes du COVID qui vont rééquilibrer les choses (que la Chine cache la vérité qui la dérange, ce n'est pas nouveau).
    https://www.cairn.info/revue-gerontologie-et-societe-2017-2-page-151.htm

    Dr E Beratto, chirurgien-dentiste

  • Au Jim,en "F"rance......

    Le 27 août 2023

    Tous les décès Covid + ont été imputé au Covid ! Certaines directives auraient été données dans ce sens, le certificat de DC étant mieux payé, oui ou non ?!
    Vous êtes journalistes, médecins... Niez vous avoir l'un des propagateurs de cette information ?

    Dr J-P Vasse

  • @ Dr J-P Vasse

    Le 24 septembre 2023

    Infox née moulte fois démentie.
    Pouvez-vous préciser vos sources « oui ou non » ?

Réagir à cet article