Passe sanitaire pour les soins non-urgents : médecins et soignants vent debout

Paris, le 3 août 2021 – La loi sanitaire, qui a été adopté définitivement le 25 juillet par le Parlement, prévoit (si elle est validée par le Conseil Constitutionnel) la possibilité pour le Premier ministre d’instaurer par décret une obligation de présentation de passe sanitaire pour les patients et les visiteurs des établissements de santé et maisons de retraite « sauf en cas d’urgence ».

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, l'Ordre des médecins alerte les autorités sur ce point.

L’Ordre « s’inquiéte vivement »

Un tel passe sanitaire à l’entrée des établissements de santé, pourrait en effet, on le devine, restreindre l'accès aux soins. Ainsi, l’Ordre « s'inquiète vivement des conditions de mise en œuvre d'une telle disposition, qui ne doit pas priver les patients de soins alors même que les conséquences délétères de la crise en termes d'accès aux soins et de suivi des malades (…) sont largement documentées ».

L'Ordre rappelle ainsi aux professionnels de santé « l'obligation déontologique de garantir à leurs patients des soins dans des conditions de sécurité optimales » et au Conseil constitutionnel la nécessité de protéger l'universalité des soins. « L'Ordre des médecins attend la réponse du Conseil constitutionnel chargé (...) de garantir l'égal accès aux soins de tous les citoyens de notre pays », précise le communiqué.

Les médecins à l’unisson de leur institution ordinale

La Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) est également allé dans ce sens, lundi, en insistant sur « l’importance de maintenir la présence des proches auprès des patients en fin de vie » qu’ils soient en mesure ou non de présenter un passe. Le Syndicat national des médecins hospitaliers (SNMH FO) milite également pour refuser « ces obstacles supplémentaires à la prise en charge des patients ».

« Comment accepter que des personnes ayant besoin de soins et qui s’adressent à l’hôpital puissent être refoulées parce qu’elles n’ont pas de passe sanitaire ? » s’interrogent encore des professionnels de la psychiatrie dans une lettre ouverte adressée à Jean Castex.

« Plutôt qu’éloigner des patients des services de soins, il serait plus adapté, et fortement nécessaire, de favoriser les accompagnements vers les lieux de vaccination pour les patients les plus démunis sur le plan psychologique », ajoutent les signataires.

Idem pour le Collège des gynécologues qui demande que « la prise en charge des grossesses puisse se poursuivre dans les conditions habituellement requises ».

Dans le même sens, les directeurs d’EHPAD de l’AD-PA appellent « à considérer les établissements pour personnes âgées comme des lieux de résidence et ainsi garantir aux personnes âgées qui y résident la possibilité de maintenir les liens familiaux, sociaux, relationnels… qui sont les leurs dans les mêmes conditions que pour tout Français ».

Les médecins et les professionnels du médico-social seront-ils écoutés par le juge constitutionnel ? Réponse le 5 août.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (6)

  • Quel délai ?

    Le 04 août 2021

    En effet il va falloir attendre! les pharmaciens et les médecins ont diminué le temps consacré aux tests et vaccins pour cause de congés d'été ce qui est justifié, pareil pour les centres de tests et de vaccination. en conséquence en cas de besoin d'un examen quel sera le délai pour avoir un test ou se faire vacciner.
    Cela promet encore du délai dans les dépistages et les diagnostics. certains répondront "ils n'avaient qu'à se faire vacciner avant" c'est ce que m'ont répondu un médecin et un pharmacien de mes "amis". la vaccination n'est pas "obligatoire" en apparence seulement. où est le serment d'Hippocrate?

    Anne Levry (pharmacien)

  • Paradoxe?

    Le 04 août 2021

    Médecin hospitalier, j'ai eu la covid et mes 2 doses de vaccins. Quand je vais travailler, on ne me demande rien de plus.
    Je vais avoir a subir une intervention. Eh bien on me demande un test PCR de moins de 2 jours, alors qu'une partie du personnel du bloc n'est pas vacciné et n'a pas de test PCR.
    Le côté Ubu des protocoles.

    Pr A Muller

  • Vous aimez les risques inutiles ?

    Le 04 août 2021

    Depuis mars 2020 je travaille sans discriminer personne. J'ai fait des tests d effort pendant lesquels les patients arrachent le masque qu'ils ne peuvent plus supporter. Je n'ai pas rechigné.
    Aujourd’hui que la vaccination est possible pour tous, ça ne me dérangerait pas qu'à leur tour les patients prennent un peu soin de moi et se vaccinent avant que je les prenne dans mes bras pour les examiner ou qu'ils viennent me souffler dans les bronches.

    Je ne comprends pas pourquoi c'est trop demander ?

    Dr Sophie Chodez
    (Cardiologue, vaccinée d'abord dans l'intérêt de ses patients)

Voir toutes les réactions (6)

Réagir à cet article