Un point sur les effets indésirables des traitements prescrits dans la Covid

Saint-Denis, le jeudi 29 juillet 2021 – L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) publie un point détaillé des effets indésirables identifiés chez les patients traités par des molécules utilisées pour prendre en charge la Covid-19. Les données publiées ont été colligées entre janvier 2020 et le 3 juin 2021.

Au total, 1994 cas d’effets indésirables ont été inclus dans cette étude (sur 4 608 cas identifiés*), 1111 entre janvier et juillet 2020 et 880 entre le 1er juillet 2020 et le 3 juin 2021 et 3 « non classés » en raison d’un manque d’information.

Le tableau et la figure suivante détaillent les médicaments, et associations médicamenteuses, utilisés dans le traitement de la Covid-19 imputés dans la survenue des effets indésirables survenus au cours de la période du 1er juillet 2020 au 3 juin 2021.

Tableau 1 : Médicaments utilisés dans le traitement de la COVID-19 imputés dans la survenue d’effets indésirables survenus entre le 1er juillet 2020 et le 3 juin 2021.



Figure 1 : Répartition des principaux médicaments utilisés dans le traitement de la COVID-19 imputés dans les effets indésirables survenus entre le 1er juillet 2020 et le 3 juin 2021.


Un risque thromboembolique avec le tocilizumab ?

Le centre de pharmacovigilance de Dijon, chargé de ces travaux par l’ANSM écrit : « le fait principal de ce rapport est la remontée de 13 nouveaux cas d’effets indésirables avec le tocilizumab dont 2 embolies pulmonaires et 1 cas de microangiopathie thrombotique (MAT) (…) (…) En recherchant spécifiquement les situations de microangiopathies thrombotiques, nous retrouvons un cas publié dans un contexte de syndrome TAFRO traité par tocilizumab avec apparition d’une MAT dans les suites de l’administration du tocilizumab (Ito 2018). Nous retrouvons un second cas décrivant une microangiopathie thrombotique cérébrale 15 jours après une première administration de tocilizumab pour une polyarthrite rhumatoïde. Le diagnostic avait été réalisé sur une biopsie cérébrale. Le patient était par ailleurs porteur d’une mutation hétérozygote pour le facteur V de Leiden. Pas de mention de trouble de la coagulation dans ce cas. Les auteurs discutent une réaction vasculaire immune pathologique liée au tocilizumab. (…) Une augmentation du risque thromboembolique ou de troubles de la coagulation n’a pas été identifiée, à notre connaissance et à ce jour, dans les essais cliniques avec le tocilizumab dans l’indication de la COVID-19. Ces effets méritent toutefois d’être étroitement suivis ».

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Manque la fréquence des efffets indésirables

    Le 29 juillet 2021

    Article intéressant tiré d'un rapport de l'ANSM.

    Mais l'article serait une information intéressante si on connaissait le nombre de traitements qui ont été pris en compte dans cette étude pour en mesurer statistiquement la fréquence des effets indésirables...

    Christian Grande

    L'auteur de cet article apporterait utilement cet élément essentiel manquant.

    C. GRANDE
    Statisticien.

  • Des chiffres projetés dans le néant à coup de lance-pierres.

    Le 30 juillet 2021

    Maintenant, comme on dit, depuis janvier 2020 on a gommé les simples notions de proportion dans des communications se disant scientifiques et mathématiques. En effet on donne des chiffres de morts, de cas positifs et j'en passe, juste comme cela sans que ces informations nous soient d'une utilité quelconque. Voilà encore on est parti sur le nombre des effets indésirables avec un esprit se targuant être scientifique, pour comparer des médicaments donnés à des millions de patients et ceux donnés à quelques dizaines de malades.
    C'est dommage d'avoir perdu tous nos repères d'avant décembre 2019, moment précis où le monde a commencé à tourner un peu dans tous les sens. N'est ce pas ?

    Dr Yohannes Negesse

  • Très joli tableau

    Le 01 août 2021

    Où sont les fréquences, les pourcentages, les relations de causes à effets, les ages, les comorbidités! Lamentable! non significatif, discriminatoire! L'ANSM se permet un tel article alors qu'elle refuse et interdit des études sérieuses sur des médicaments ayant franchi les stades 1 et 2 des recherches randomisées en double aveugle, bref, études classiques! et le seul truc imposé sous réserve de perte de libertés, la vaccination, en excluant le vaccin à virus tué, chinois, type sinopharm! Lamentable, partial, anti scientifique, sans parler tout simplement de bon sens! Politiques et administratifs économistes ont déjà fait plus de dégâts que le virus et ce n'est pas fini! Si c'est ce qu'ils veulent, qu'ils continuent, ils sont sur la bonne voie! et la légion d'honneur au bout (ou au milieu) du tunnel! Je crois savoir que ça donne droit à 300 euro par mois, mais je ne suis pas certain de mes sources!

    Dr Jean-Paul Vasse

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article