Les pères sont-ils meilleurs par paires ?

Paris, le samedi 18 novembre 2023 – Selon une étude publiée début novembre, les couples d’hommes feraient de meilleurs parents que les couples hétérosexuels.

Le débat est sans doute moins virulent qu’il n’a pu l’être en 2013 lors de l’adoption du mariage homosexuel, encore qu’il ait pu rebondir en 2021 lors de l’adoption de la PMA pour toutes et pourrait ressurgir encore s’il venait à l’esprit du législateur d’autoriser un jour la gestation pour autrui (GPA). La question de savoir si des couples du même sexe et notamment des couples d’homme peuvent élever un enfant aussi bien que des couples hétérosexuels « classiques » fait cependant régulièrement débat.

Dans ces discussions, les partisans de l’homoparentalité mettent régulièrement en avant le fait que des études de sociologie et de pédopsychiatrie auraient (le conditionnel est important) prouvé que les enfants élevés par des couples homosexuels seraient tous aussi équilibrés que ceux élevés par des parents de sexe opposés. Bien que ces études soient régulièrement accusées d’être subjectives et discutables, les partisans de l’homoparentalité n’en démordent pas et les voilà qui mettent de nouveau en avant une étude scientifique censée appuyer leurs assertions.

Des enfants bien plus gais

Publiée le 2 novembre dernier dans la revue Family Process, cette étude, menée par des chercheurs italiens, belges et californiens, prouverait non seulement que les couples d’hommes sont des parents aussi efficaces que les couples hétérosexuels mais qu’ils seraient même de meilleurs parents que des géniteurs traditionnels. L’étude a ainsi comparé deux groupes de 67 familles, des familles traditionnelles d’un côté et des couples d’hommes ayant obtenu un enfant via une GPA de l’autre. Les enfants et les parents ont ensuite été soumis à des questionnaires déjà utilisés par le passé dans d’autres études pour évaluer les sentiments et le développement psychologique des premiers et le comportement des seconds.

Résultat, dans presque tous les domaines considérés, les enfants élevés par des couples d’hommes obtiennent de meilleurs scores que ceux élevés par un couple hétérosexuel. Les enfants d’homosexuels seraient ainsi plus sages, plus heureux, plus enclin à faire part de leurs problèmes et moins sujets à l’anxiété. Les parents homosexuels seraient également moins autoritaires, partageraient d’avantage les missions parentales entre eux que des parents hétérosexuels et seraient de manière globale plus satisfait de leur vie familiale. Selon les auteurs de l’étude, ces différences pourraient notamment s’expliquer par le fait qu’un couple homosexuel ne peut devenir parents qu’au terme d’un long processus couteux et complexe, ce qui les inciterait à être davantage investis pour leurs enfants, là où des couples hétérosexuels peuvent parfois devenir parents par accident.

Le complexe d’Œdipe existe-il avec des parents homosexuels ?

Bien que cette étude soit désormais mise en avant par les partisans de l’homoparentalité, il est difficile de nier que cette étude est affectée de nombreux biais que les auteurs de l’étude mettent en avant. Tout d’abord, les couples homosexuels et hétérosexuels comparées dans cette étude ne sont en réalité nullement comparables, les premiers étant en moyenne plus riche et plus éduqués que les seconds. On peut par ailleurs douter de la possibilité même de mesurer de manière scientifique et objective la sagesse d’un enfant ou sa capacité à faire part de ses problèmes et également débattre si avoir des parents permissifs est forcément préférable à avoir des parents autoritaires.

Au final, cette étude risque fort de ne pas faire beaucoup avancer le débat et de ne que conforter les partisans de l’homoparentalité, sans convaincre les défenseurs de la famille traditionnelle. On pourra conclure que, comme disait Sigmund Freud, les parents, quoi qu’ils fassent, font toujours mal. Si le découvreur du complexe d’Œdipe pensait évidemment à des parents « classiques » en disant cela, il n’y a pas de raison que l’adage ne s’applique pas non plus à des couples d’hommes.

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article