Qui a dû attendre pendant plus de 30 ans dans le froid ?

Portland, le samedi 26 novembre 2022 – Lydia et Timothy Ridgeway ont 30 ans et pourtant ils n’ont ni travail, ni logement, sont incapables de marcher et de parler et ne mesurent que 50cm et quelques kilos. La raison est simple : la paire de jumeaux a vu le jour le 31 octobre dernier à Portland aux Etats-Unis après que les embryons dont ils sont issus aient été congelés pendant plus de 30 ans. « En un sens, ce sont nos enfants les plus vieux, même si ce sont les plus petits » expliquent Philip et Rachel Ridgway, qui sont également les parents de quatre autres enfants, conçus naturellement cette fois, âgés de 2 à 6 ans.

Pour recevoir ces embryons congelés en avril 1992, les Ridgeway ont fait appel au Centre National de don d’embryons, une organisation à but non lucratif basé dans le Tennessee qui se propose de « donner une chance de vivre aux embryons congelés ». En effet, lorsqu’un couple a recours à la procréation médicalement assistée, il dispose généralement d’embryons surnuméraires, qu’il peut choisir soit de conserver pour les utiliser plus tard, soit de détruire, soit de les donner à la recherche médicale. Les parents génétiques des embryons dont sont issus Lydia et Timothy les ont donnés au Centre National de don d’embryons en 2007, après les avoir conservés pour eux-mêmes pendant 15 ans.

Qu’il est grand le mystère de la PMA !


Le Centre national de don d’embryons ne se cache pas d’être une organisation chrétienne conservatrice, qui estime que la vie débute à la conception et qui n’accepte d’aider que les couples hétérosexuels mariés depuis au moins trois ans. Le Centre parle ainsi d’« adoption d’embryon », tout en reconnaissant que ce processus n’est pas légalement une adoption. Des convictions partagées par les parents Ridgeway, comme cela se ressent assez vite dans leurs déclarations. « Nous avons toujours pensé que nous aurions autant d’enfants que Dieu voudrait bien nous donner » explique ainsi Philip Ridgeway.

Dès qu’ils sont entrés en contact avec le Centre national de don, le couple Ridgeway a exprimé la volonté de recevoir les embryons « qui avaient attendu le plus longtemps ». « Nous savions que nous pouvions faire confiance à Dieu pour faire tout ce qu’il avait décidé souverainement » se justifie de façon assez cryptique le père.

Après près de 30 ans d’attente, les embryons sont décongelés le 28 février dernier. Sur cinq embryons au départ, seuls trois sont encore vivants. Les médecins recommandent alors à Rachel Ridgeway de ne se faire implanter que deux embryons, pour limiter le risque de grossesse multiple. Pas question pour cette chrétienne convaincue. « Ils m’ont montré une photo de mes trois enfants » dit-elle en sortant une image des trois embryons, « je devais tous les avoir ».

Hibernatus


L’intervention a lieu le 2 mars et seuls deux implantations sur trois ont réussi. Le 31 octobre, après 30 ans d’attente (mais quelques semaines d’avance sur le terme), Lydia et Timothy voient enfin le jour. Le précédent record de congélation d’embryon appartenait à Molly Gibson, une petite fille née d’un embryon congelé 27 ans auparavant, qui avait battu le record établi par sa sœur Emma, née après 24 ans d’attente. Là encore, les embryons étaient détenus par le Centre national de don d’embryons.

Selon les experts, il n’existe en théorie aucune limite de durée pendant laquelle des embryons peuvent être congelés. « Si vous congelez un embryon, le processus biologique se met quasiment à l’arrêt et il n’y aucune différence entre le congeler une semaine, un mois, une année ou une décennie » explique le Dr John Gordon, qui a accompagné les Ridgeway durant ce processus de PMA. La survie de l’embryon est bien plus déterminée par l’âge de la mère receveuse (en l’occurrence 24 ans) que par la durée de congélation.

En France, le don d’embryons est gratuit et anonyme et en principe limité aux couples qui souffrent de double infertilité ou qui risque de transmettre une maladie génétique à leur enfant. Aux Etats-Unis, libéralisme oblige, l’opération est ouverte à tous, mais peut s’avérer onéreuse. Les Ridgeway ont ainsi dû débourser plus de 10 000 dollars pour battre cet étonnant record.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.