La prévention du risque d'infarctus du myocarde dans la prise en charge des dysfonctions érectiles

Une dysfonction érectile (DE) atteindrait 30 % des hommes dans le monde tout âge confondu, et 80 % d’entre eux présentent au moins un facteur de risque vasculaire. Dans les cas de DE d’origine vasculaire, la dysfonction érectile est un facteur de risque indépendant reconnu d’infarctus du myocarde avec un temps de latence entre le début de cette dysfonction et l’accident cardiaque de 3 à 4 ans en moyenne.

Un dépistage pour sauver des vies

Dans ce contexte, une détection de principe des atteintes coronariennes muettes lors du bilan des dysfonctions érectiles d’origine artérielle parait légitime et pourrait permettre d’éviter accident myocardique et mort subite.

En pratique, Pr VIRAG et l’équipe du CETI, Centre d'Explorations et Traitements de l'Impuissance, proposent la réalisation d’une échographie des artères péniennes à chaque patient consultant pour DE et présentant au moins un facteur de risque vasculaire. L’atteinte des artères péniennes constatée à cet examen conduit à des explorations coronaires. En effet, de l’expérience du Dr Hélène SUSMAN, angiologue-échographiste, l’atteinte des artères sexuelles précède celle des membres inférieurs, et est souvent concomitante de l’atteinte coronaire qu’il faut donc systématiquement rechercher.

Des résultats préliminaires

Pr VIRAG présente les résultats préliminaires d’une étude menée avec son équipe dans laquelle 19/20 patients (quinquagénaires, asymptomatiques sur le plan cardiaque, dont 8 diabétiques) présentant une atteinte des artères péniennes présentaient également une atteinte des artères coronaires au coro-scanner. Cette coronaropathie était modérée dans 50 % des cas, nécessitant la mise en place d’une prévention adaptée.

Plus marquant, dans 30 % des cas cette atteinte coronaire a nécessité une exploration à la recherche d’une souffrance myocardique et enfin 4 patients (15 %) ont été dépistés pour des lésions coronaires qui ont nécessité la pose de stent ou même un pontage coronaire.

Le message à retenir, ne pas se contenter d’un diagnostic simpliste devant une dysfonction érectile, quel que soit l’âge du patient. Un diagnostic précis peut sauver des vies !

Dr Isabelle Méresse

Références
D’après la présentation du Pr. Ronald VIRAG- Académie Nationale de Chirurgie et des pratiques opératoires innovantes. Conférence de presse – 11 janvier 2023.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article